Léon Daudet, bretteur des lettres. Avec Francis Bergeron et Jean Cochet sur Radio Courtoisie.


(0)
70 Vues
0 commentaire
14.06.2017

Voici un personnage extraordinairement fascinant, sorti tout droit du XVIIe siècle, un compagnon de Rabelais. Comme Rabelais, il a pratiqué la médecine, comme Rabelais, il écrit avec une richesse de vocabulaire que n'effraient ni la scatologie ni la crudité des scènes et des mots. Jouisseur à l'état pur, au sens jubilataire que ce mot peut revêtir. Léon Daudet est un amoureux de la vie.
Il a été, tour à tour ou simultanément, médecin, romancier, critique, mémorialiste, biographe, pamphlétaire, activiste, exilé, duelliste, député, grand amoureux, procureur, orateur, journaliste, historien, gourmet, adepte des bordels et de l'église, républicain et monarchiste, père de famille, chef de parti, auteur de plus de cent livres. Et il dit quelque part que s'il avait réuni tous ses articles, cela aurait représenté plusieurs centaines de volumes.
Du même coup, sa vie, qui couvre toute la IIIe République (fils d'Alphonse Daudet, il naît peu avant l'effondrement du Second Empire), est un roman à elle seule. Un roman à la Dumas, avec des rebondissements à chaque page, des coups d'épée, de la prison, des procès, des morts tragiques.
Oui, il s'est trompé, gravement, parfois. Oui, il a été injuste, grossier, outrancier, approximatif, répétitif, colérique. Mais en neuf vies (et plus), tout de même ! Il est humainement impossible d'avoir écrit autant, d'avoir vécu autant, sans se tromper jamais, et c'est pourquoi on ne peut que pardonner ses faiblesses à ce diable d'homme.
Léon Daudet, saint laïc, politiquement correct, propre sur lui ? Pouah! Nous le voulons, pour toujours, comme il était réellement. C'est comme cela et pas autrement qu'il est magnifique. 

Émission "Voix au chapitre", animée par Anne Le Pape.

Maurras, un portrait. Avec Rémi Soulié et Olivier François sur Méridien Zéro.


(0)
100 Vues
0 commentaire
10.03.2017

Méridien Zéro nous propose de revenir sur une figure majeure de la mouvance nationale, tant par ses qualités indéniables que par ses limites. Il n’est pas question de proposer une simple biographie de Maurras (1868-1952) mais d’approfondir certains aspects de celui qui fut pendant des décennies -cas extrêmement rare- à la fois un écrivain, un poète, un théoricien, un chef d’école et l’animateur d’un mouvement politique dont l’influence s’est révélée remarquablement durable.

Une émission animée par Wilsdorf et Jean-Louis Roumégace.

La question nationale et la question sociale en France. Avec Pierre de Brague, Stéphane Blanchonnet et Louis Alexandre pour E&R à Reims.


(0)
86 Vues
0 commentaire
12.12.2015

C'est en revenant sur les expériences de l'Action française, du syndicalisme révolutionnaire français et de leur jonction au sein du Cercle Proudhon que Pierre de Brague (auteur chez Kontre Kulture et militant d'E&R), Stéphane Blanchonnet (président du Comité directeur de l'Action française) et Louis Alexandre (rédacteur en chef de la revue Rébellion) abordent les tentatives historiques d'articulation des questions nationale et sociale en France.

Sommaire des questions de la quatrième partie :
 0'00'02 : La question sociale et la question nationale, deux pôles affaiblis par leur dissociation
 0'02'00 : Déclin de l'AF suite au départ de Georges Valois, thèse de Bertrand Renouvin
 0'04'15 : Génération Maurras, renouveau militant et question sociale
 0'05'14 : Première Guerre mondiale, fracture au sein du syndicalisme et attachement à la patrie
 0'11'00 : Le Front National, bénéficiaire de la négation de la question nationale par la "Gôche"
 0'14'42 : Métamorphose de la lutte des classes, le peuple contre les élites
 0'20'45 : La réduction identitaire, piège pour les mouvements nationalistes
 0'24'30 : Le libéralisme, négation de toute détermination
 0'29'10 : Faiblesse du peuple français et absence de sacré
 0'33'18 : Maurras et Marx, deux visions de l’Homme
 0'40'05 : Nomadisme et syndicalisme
 0'42'48 : Corporatisme maurrassien et corporatisme fasciste

Chavez, la patrie au coeur : Vincent Lapierre répond aux questions de David L'Epée.


(0)
161 Vues
0 commentaire
07.2017

À l'occasion de la parution aux éditions Kontre-Kulture de son livre Chavez, la patrie au coeur, Vincent Lapierre se confie au micro de David L'Epée et revient sur l'histoire du Venezuela et sur l'épopée du chavisme.

 0:00:50 – raisons de l’intérêt de Lapierre pour Chavez, retour sur ses origines familiales
 0:02:33 – Lapierre renonce à travailleur comme conseiller économique du gouvernement vénézuélien et décide de s’engager en France
 0:05:18 – relations entre Chavez et l’extrême gauche européenne (Mélenchon par exemple), malentendu de cette gauche à l’égard du nationalisme émancipateur de Chavez
 0:07:09 – l’idéal militaire de Chavez, à contre-courant de la tradition réactionnaire de l’armée
 0:09:10 – Chavez hésite entre armée régulière et guérilla
 0:12:35 – Chavez orateur et auteur de discours-fleuves, ses interventions dans l’émission Alo Presidente, le rôle de l’éloquence
 0:14:52 – Chavez accomplit un tour du pays à sa sortie de prison pour renouer avec son peuple
 0:17:16 – Maisanta, un héros révolutionnaire parmi les ancêtres de Chavez
 0:18:35 – le populisme et la rhétorique chavistes, la notion de destin historique
 0:22:12 – Chavez et les femmes, comparaison avec Robespierre, de l’amour des femmes à l’amour du peuple
 0:25:51 – rapports entre populisme, homme providentiel et démocratie
 0:28:16 – expériences de démocratie directe dans la Constitution vénézuélienne, la "démocratie participative et protagonique", la révocabilité des élus
 0:32:15 – le pacte de Punto Fijo
 0:33:44 – Chavez et de Gaulle : confiance en l’armée, méfiance dans les partis, alliance civico-militaire
 0:35:40 – l’opposition trotskiste au Venezuela
 0:40:03 – république bolivarienne contre république française, révolution et enracinement, le bolivarisme
 0:45:35 – l’impérialisme yankee en Amérique latine et ceux qui y résistent
 0:47:55 – le chavisme est-il une révolution conservatrice ?
 0:49:03 – l’influence de la théologie de la libération
 0:50:34 – la figure du Christ
 0:52:36 – le socialisme du XXIème siècle et les noyaux de développement endogène
 0:56:40 – un défi relevé : l’éducation et l’alphabétisation des masses
 0:59:00 – la passion de Chavez pour la littérature
 1:00:38 – le Sistema : un programme social d’éducation musicale pour les enfants
 1:03:24 – une lutte culturelle contre le soft power étatsunien
 1:04:44 – anti-impérialisme et anti-sionisme : les relations internationales de Chavez, l’ALBA, les accords Sud-Sud, la Chine, la Russie, l’Iran…
 1:08:39 – Chavez et les dissidents nord-américains
 1:10:18 – Lapierre commente des citations positives et négatives de diverses personnalités sur Chavez (Gabriel Garcia Marquez, Alexandre Adler, Jean-François Kahn, Dominique Ziegler, Ignacio Ramonet)
 1:19:21 – annexe : quelques mots au sujet de la thèse de doctorat de Vincent Lapierre

Ernst Jünger (1895-1998). Avec Julien Hervier, Gilbert Merlio, François Sureau, Danièle Beltran-Vidal et Georges-Arthur Goldschmidt sur France Culture.


(0)
83 Vues
0 commentaire
15.02.2014

Ernst Jünger semblait indestructible. Blessé sept fois, combattant en première ligne dans les tranchées allemandes durant quatre longues années, il a survécu à la plupart de ses contemporains, en vivant jusqu'à l'âge de 103 ans. Jusqu'à la fin de sa vie, il demeurera un personnage très controversé en Allemagne, où on lui reproche son idéologie d’extrême-droite.
Car il fut proche du parti Nazi jusqu'en 1933, date de l’arrivée d'Hitler au pouvoir. Insaisissable, il refuse les avances de Goebbles qui veut en faire un député NSDAP. Dans le même temps, il rédige Le Travailleur, un livre aux idées anti-démocratiques. Durant la guerre, il sera au courant du complot contre le Führer sans jamais dénoncer personne.
Qui était donc Ernst Jünger ? Il se définissait comme anarque, c'est-à-dire en retrait. En exil intérieur.

Emission "Une vie, une oeuvre", animée par Matthieu Garrigou-Lagrange.

Retour de Corée du Nord. Avec Alain Soral à L’Heure la plus sombre pour E&R.


(0)
216 Vues
0 commentaire
20.07.2017

Pour ce 86e numéro de "L’Heure la plus sombre", Vincent et Xavier reçoivent Alain Soral à son retour de Corée du Nord.

 0:00:00 : Introduction
 0:00:41 : Pourquoi se rendre en Corée du Nord ?
 0:02:04 : Voyage et premières impressions
 0:17:44 : L'âme du peuple
 0:34:26 : Les deux Corée
 0:39:34 : Le travail
 0:42:07 : Monarchie socialiste : "Gauche du travail, droite des valeurs"
 0:44:39 : L'économico-social
 0:57:51 : L'affaire du jeune touriste américain
 1:00:27 : Télévision et technologie
 1:08:01 : Prison et police
 1:10:28 : Les échanges internationaux
 1:15:19 : La campagne
 1:17:43 : Bilan
 1:23:08 : Conclusion

La France peut-elle redevenir une grande puissance ? Avec Bruno Gollnisch au Front National des Bouches-du-Rhône.


(0)
134 Vues
0 commentaire
13.01.2017

Le retour de la France comme acteur de premier plan sur la scène internationale devra passer par le choix d'une politique indépendante sur le plan extérieur et solide sur le plan intérieur. Redevenir une France forte, respectée, maîtresse de son destin et rayonnante dans le monde de part sa culture et son histoire, tels sont les objectifs que nous devrions nous fixer !
Recouvrer notre souveraineté par la maîtrise de nos frontières, l'exploitation de nos richesses territoriales, maritimes et intellectuelles : voilà les leviers de cette mission capitale.

Fidel Castro. Avec Nicolas Tandler au Cercle de l'Aréopage.


(0)
96 Vues
0 commentaire
03.07.2017

Cette conférence retrace l'accession au pouvoir de Fidel Castro, l'un des révolutionnaires nationalistes les plus convaincus qui n'ait jamais vécu et nous raconte son règne sur Cuba pendant près d'un demi-siècle.
Nicolas Tandler nous raconte l'enfance de Fidel, ses influences politiques, l'émergence de l'activiste étudiant et du leader rebelle, la guérilla qui renverse Batista, la transformation révolutionnaire de Cuba, les ambiguïtés américaines et l'aide soviétique : la survie envers et contre tout !