Achever Clausewitz. Avec René Girard à l'espace Bernanos, à Paris.


(0)
1386 Vues
0 commentaire
17.10.2007

Observateur des campagnes napoléoniennes, Clausewitz a compris la nature de la guerre moderne : les termes de "duel", d'"action réciproque" ou de "montée aux extrêmes" désignent un mécanisme implacable, qui s'est depuis imposé comme l'unique loi de l'histoire.
Loin de contenir la violence, la politique court derrière la guerre : les moyens guerriers sont devenus des fins.
René Girard fait de Clausewitz le témoin fasciné d'une accélération de l'histoire. Hanté par le conflit franco-allemand, ce stratège éclaire, mieux qu'aucun autre, le mouvement qui va détruire l'Europe.
"Achever Clausewitz", c'est lever un tabou : celui qui nous empêchait de voir que l'apocalypse a commencé. Car la violence des hommes, échappant à tout contrôle, menace aujourd'hui la planète entière.

Le livre est présenté sous forme d'un entretien conduit par Benoît Chantre.

La campagne de Russie, par Pierre Le Vigan.


(0)
1365 Vues
0 commentaire
2012

Pierre Le Vigan, à l'occasion de la réédition du livre "La campagne de Russie" de l'historien américain Curtis Cate, revient sur ce conflit important qui a conduit l'empire napoléonien à sa disparition...

Joseph Fouché : une girouette ? Avec Jean-Denis Bredin sur Canal Académie.


(0)
1049 Vues
0 commentaire
18.05.2008

Connu pour ses fonctions à la tête de la police sous Napoléon, Joseph Fouché reste une personnalité mystérieuse, à l’image froide et versatile. 
Fouché : un caméléon ? une girouette ? 
Entre destitution et restitution de ses fonctions, entre ambivalence et aplomb du diable, Jean-Denis Bredin nous donne un tour d’horizon de cette personnalité complexe.

Les guerres, creusets de l'identité française. Avec Jean Sévilla sur Radio Notre-Dame.


(0)
1049 Vues
0 commentaire
08.11.2013

Tout au long de son histoire, la France a pris part à de nombreux conflits qui ont façonné son destin.
Quels sont-ils ? Et quels rôles ont-ils joué dans l'émergence, le déclin ou le sursaut de la conscience nationale ?
De la guerre de Cent Ans à la guerre d'Algérie, Jean Sévillia nous amène à réfléchir à notre histoire dans sa dimension conflictuelle fondatrice.

Connaître et aimer son pays. Avec Jean Sévillia chez Fils de France.


(0)
1245 Vues
0 commentaire
17.05.2014

D’après un récent sondage, 82% des Français pensent qu’il existe une "identité nationale française" et 75% d’entre eux se déclarent "fiers d’être français".
Ces sentiments, toutefois, ne s’observent pas dans la même proportion au sein de la classe dirigeante du pays, qui se réfugie derrière les nécessités politiques de la construction européenne ou les contraintes économiques de la mondialisation pour expliquer les limites de son action. Le patriotisme se manifeste moins encore dans les milieux culturels, obsédés par le respect de la diversité, le droit à la différence et l’ouverture aux autres, présentés comme des impératifs moraux.
Politiquement correct oblige, l’univers des historiens s’est aligné. L’école et l’université enseignent désormais une histoire multiculturelle et transversale, qui s’adresse à des citoyens du monde, et non à des citoyens français. Quant à ceux qui font de l’histoire de France, c’est presque en s’excusant, en prenant garde de prendre leurs distances avec le "roman national" de naguère et en veillant, en tout cas, à ne pas susciter de réactions confinant à l’amour du pays, réflexe qui serait indigne, paraît-il, d’une époque éclairée.
Alors c’est pour ceux qui pensent qu’il existe une identité française et qui sont fiers d’être français que Jean Sévillia s'exprime. Non pour leur faire croire que le passé national n’a pas ses pages sombres : ce serait faux. Mais pour retrouver, en racontant à grands traits l’histoire de France, des raisons de l’aimer, et même de l’admirer.

Mélancolie française, ou l'idéal romain dans notre Histoire. Avec Eric Zemmour sur Canal Académie.


(0)
1330 Vues
0 commentaire
03.2010

Dans son ouvrage, Eric Zemmour pose un regard sur notre Histoire de France à travers le prisme de l'héritage romain. Paris, dit-il, a souhaité perpétuer Rome de la chute de l'empire jusqu'à nos jours.
Notre pays sut parfois répondre à ce rêve et imposer à l'Europe la fameuse paix romaine mais en face, l'Angleterre souhaita aussi tirer son épingle d'un jeu diplomatique et géopolitique complexe.
Aujourd'hui ce rêve romain s'évanouit dans une Europe qu'Eric Zemmour considère comme démesurée. Il tire de ce constat une mélancolie. Une mélancolie française.

Emission "Un jour dans l'histoire", animée par Christophe Dickès.

Napoléon. Par Henri Guillemin sur la RTS.


(0)
1355 Vues
0 commentaire
1968

Henri Guillemin raconte l'épopée napoléonienne avec passion et sans renier son sens critique, se confronte au mythe de l'Empereur.

Histoire des Empires. 4 émissions sur France Culture.


(0)
1529 Vues
0 commentaire
08.2010

Une série d'émission pour faire le point sur la thématique de l'Empire, l'une des 3 grandes formes politiques que l'histoire a sécrétées.
De grands historiens comme Henry Laurens, Gilles Veinstein ou Olivier Pétré-Grenouilleau s'interrogent sur la naissance et la chute de telles structures de pouvoir, ainsi que sur l'organisation concrète que les différents exemples historiques nous enseignent.