Carlo Emilio Gadda : affreuse embrouille. Avec Jean-Paul Manganaro sur France Culture.


(0)
80 Vues
0 commentaire
03.10.2017

Considéré comme le plus grand écrivain italien du XXe siècle, Carlo Emilio Gadda était un homme discret.
On a pu dire, par contre, que sa langue était "terroriste". Et en effet le projet de ce romancier c'est, selon Jean-Paul Manganaro, de "ne plus raconter". Comment s'y prend-t-il ?

Émission "La Compagnie des auteurs", animée par Matthieu Garrigou-Lagrange.

La vision russe du Cosmos. Avec Gérard Conio sur la RTS.


(0)
133 Vues
0 commentaire
02.2016

Le très fin connaisseur de la société russe qu'est Gérard Conio, pour avoir enseigné la civilisation russe à l'université et traduit nombre de ses grands auteurs, nous propose un voyage fascinant dans la pensée de ce pays entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle.
Il explique la relation particulière qu'ont les Russes avec le Cosmos et revient sur l'idéologie du cosmisme russe, qui justifie la nécessité de la conquête spatiale de l'Homme, et ce à travers de grands auteurs et philosophes tels que Nikolaï Fiodorov ou Alexandre Tsiolkovski.

Émission "Histoire vivante", animée par Jacques Mouriquand.

Arthur Koestler ou la quête de l'absolu (1905-1983). Avec Michel Laval, Roland Quilliot, Patrick Straumann, Thomas Rabeyron et Uri Geller sur France Culture.


(0)
111 Vues
0 commentaire
15.09.2018

Juif hongrois né à Budapest en 1905, il suit ses études dans une Vienne encore heureuse, puis devient journaliste en Palestine. Revenu en Europe, il adhère au Parti communiste allemand, trouvant là une réponse à la menace nazie. Il part un an en Union Soviétique, puis participe à la guerre civile espagnole. Dès 1938, ayant rompu avec le Parti communiste, il combat sans relâche le régime stalinien, notamment à travers son roman majeur, Le Zéro et l'Infini. Sans doute prisonnier d'une sorte de purgatoire intellectuel dans lequel l'a longtemps gardé une certaine intelligentsia marxiste, il incarnait le "renégat", celui qui avait brûlé le communisme après l'avoir adoré. À partir de 1940, il vit en Angleterre, où il se suicide avec sa femme en mars 1983. Son oeuvre de romancier, philosophe, historien et essayiste lui vaut une renommée mondiale.
Dans la seconde moitié de sa vie, l'odyssée intellectuelle prend le pas sur l'engagement politique. L'aventure n'en est pas moins agitée. Koestler écrit sur tout : le processus de la création, les effets de l'évolution sur le cerveau humain, le paranormal, la synchronicité... Il s'aventure à la frontière de la physique quantique et montre comment la parapsychologie est devenue scientifiquement respectable, rappelant qu'aux États-Unis on se servait de l'électronique pour expérimenter sur la psychokinésie et qu'en URSS, la télépathie était une discipline officielle de la recherche. Il aborde notamment la masse négative, les trous dans l'espace et le temps renversé, en tentant de se garder de tout matérialisme ou de crédulité superstitieuse.
Enfin sa puissante trilogie Génie et folie de l'homme s'interroge sur le processus de la découverte scientifique. Il y remonte l'histoire des conceptions de l'Univers, et démontre comment la scission entre science et religion a placé l'humanité devant un tragique dilemme dont elle doit sortir. Puis à travers l'orgueil joyeux de l'inventeur, du poète, du clown, de l'enfant, il montre que création artistique, découverte scientifique ou encore inspiration comique se situent dans la même structure fondamentale qu'il nomme "l'acte bisociatif" :  le bond novateur qui, en reliant soudain des systèmes de référence jusqu'alors séparés, nous fait vivre ou comprendre le réel sur plusieurs plans à la fois. Mais après avoir montré les fins rouages de cette créativité, de ce sens de l'inspiration qui font la grandeur de l'homme, il analyse les misères de l’individu, la pathologie mentale, et conclut sur l'évolution du cerveau de l'espèce humaine avec une théorie de la structure de la réalité.

Émission "Une vie, une oeuvre", produite par Lydia Ben Ytzhak.

Les Fables de la Fontaine. Avec Fabrice Luchini à Répliques sur France Culture.


(1)
194 Vues
0 commentaire
08.01.2011

Fabrice Luchini, grand passionné des Fables de la Fontaine, en a interprété une vingtaine d'entre elles avec fougue et brio dans son spectacle Variations.
Cet amoureux des textes et de la littérature nous fait redécouvrir ces trésors en compagnie d'Alain Finkielkraut : toute la puissance et la finesse de la langue française y sont concentrées.

De la Nouvelle Librairie aux Social Justice Warriors. Avec François Bousquet sur Radio Courtoisie.


(0)
213 Vues
0 commentaire
29.09.2018

Cheville ouvrière de la Revue Eléments, le journaliste et essayiste François Bousquet est depuis peu le directeur de la Nouvelle Librairie, qui vient d'ouvrir au Quartier latin en créant la polémique.
L'aboutissement de ce projet s'inscrit pourtant logiquement dans un combat métapolitique plus large, visant à la (re)conquête du pouvoir intellectuel.
Ce travail est bien évidemment collectif, sachant qu'une équipe brillante de jeunes plumes et de militants est chaque jour plus déterminée à reprendre le pouvoir. Jusqu'au coup de force ?

Le Nouvel Ordre Mondial : de la science-fiction ? Avec Pierre Hillard et Thibaut Philippe sur Méridien Zéro.


(0)
190 Vues
0 commentaire
11.05.2018

De La Guerre des Mondes à L'homme invisible, de La machine à explorer le temps à L'Île du Docteur Moreau, nous connaissons H. G. Wells comme l'un des pionniers des romans de science-fiction.
Mais il fut aussi un penseur politique, membre de cercles de réflexion influents, et un ardent défenseur d'un “Nouvel Ordre Mondial”, une expression qu'il forgea dès 1914 et qu'il développe dans essai éponyme publié en 1940.
Pour la première fois traduit en français (éditions du Rubicon), Le Nouvel Ordre Mondial et son auteur nous sont ici présentés par Pierre Hillard (préfacier de l'ouvrage) et Thibaut Philippe.

Émission "La Méridienne", animée par Jean-Louis Roumégace.

Ecrivains maudits, censures et interdictions. Avec Francis Bergeron sur Radio Courtoisie.


(0)
167 Vues
0 commentaire
06.03.2018

L'actualité s'est récemment polarisée sur plusieurs affaires de censure ou d'autocensure touchant à la littérature : pressions à l'encontre de Gallimard pour interdire la réédition critique des pamphlets de Céline, campagne pour retirer Maurras des commémorations nationales de 2018 ou encore refus de la mairie de Paris d'accorder une scépulture à l'écrivain Michel Déon.
Ces événements témoignent d'une restriction toujours plus grande de la liberté d'expression en France. Assistons-nous à une dérive totalitaire ?
Nous qui ne supportons pas les lois à géométrie variable ni la censure, nous nous devons de riposter à chaud pour faire prendre conscience de ce scandale au plus grand nombre, et en particulier aux amoureux de littérature.

Émission du "Libre Journal de la réaction", animée par Philippe Mesnard.

Le dandysme philosophico-littéraire. Avec Daniel Salvatore Schiffer à l'Académie Royale de Belgique.


(1)
227 Vues
0 commentaire
10.2010

Le dandysme : une notion beaucoup plus profonde et articulée, tant sur le plan philosophique que littéraire, que ce qu’il y paraît à première vue. C’est cette thématique que Daniel Salvatore Schiffer va nous aider à mieux cerner tout au long de ces deux cours-conférences.
Ces leçons, aux confins de la philosophie, de l’art et de la littérature, se basent sur la réflexion, à travers quelques-uns de leurs concepts-clés, de deux des penseurs majeurs du XIXe siècle, Friedrich Nietzsche et Sören Kierkegaard, pour analyser, dans un deuxième temps, la manière dont deux des plus grands écrivains de ce même siècle, Charles Baudelaire et Oscar Wilde, ont appliqué, au sein de leur œuvre poético-littéraire, ces notions philosophiques.
La figure du "philosophe-artiste", tout d’abord. Elle jalonne l’œuvre de Nietzsche. De lui connaît-on surtout la critique des valeurs judéo-chrétiennes : ce qu’il appelle la "transmutation des valeurs". Avec, comme corollaire, l’avènement de ce qu’il qualifie le "surhomme". C’est ce type de "surhomme" qui se révèle être la préfiguration du "philosophe-artiste" : être à l’intelligence, comme à la sensibilité, évoluant constamment, en une sorte de synthèse existentielle, aux limites, justement, de la philosophie et de l’art.
L’esthétique de Kierkegaard, ensuite. Elle constitue le premier des trois stades, au sein de sa "dialectique qualitative", du développement humain : les stades esthétique, éthique et religieux. Il est fait également allusion du thème de la séduction, pivot existentiel et conceptuel de son "stade esthétique".
Ainsi examinenons-nous, ensuite, la manière dont deux des plus grands écrivains du XIXe siècle - Charles Baudelaire, en France, et Oscar Wilde, en Angleterre -, chantres du dandysme, ont appliqué, consciemment ou non, ces importants concepts nietzschéen et kierkegaardien au sein de ces deux chefs-d’œuvre de la littérature universelle que sont Le Peintre de la vie moderne de Baudelaire, et Le Portrait de Dorian Gray de Wilde. Car c’est dans ces deux œuvres, principalement, que l’on voit apparaître le plus clairement la figure du "dandy", dont le philosophe-artiste nietzschéen ainsi que le "séducteur" kierkegaardien sont les archétypes philosophiques.