Semaine consacrée à la pensée de René Girard, avec Pierre Pachet, Jean-Pierre Dupuy, Benoît Chantre, Trevor Merrill et Jean-Michel Oughourlian sur France Culture.


(0)
701 Vues
0 commentaire
11.2011

Ces quatre émissions visent à expliciter la théorie mimétique issue des travaux de René Girard. Les intervenants vont introduire plusieurs des livres qui jalonnent l'oeuvre de l'anthropologue du religieux qu'est René Girard.

Céline. Entretien avec Francine Bloch.


(0)
797 Vues
0 commentaire
1959

Francine Bloch fut le maître d'œuvre des entretiens de personnalités littéraires, artistiques ou du monde de la musique en France de la fin des années 1950 au début des années 1980, réalisé par la Phonothèque nationale.

Ernst Jünger et l'écriture de la guerre. Avec Julien Hervier au Collège de France.


(0)
933 Vues
0 commentaire
11.02.2014

Julien Hervier nous conduit sur le chemin de celui qui aura su écrire la guerre.
En raison de sa longue expérience au front durant la guerre de 14, et de sa prose exceptionnelle, le témoignage d'Ernt Jünger reste à ce jour indépassable.
Un monument de la littérature à (re)découvrir.

Pierre Boutang et Jean-Marie Domenach : échange sur France Culture.


(0)
688 Vues
0 commentaire
1992

Jean-Marie Domenach, fougueux directeur de la revue Esprit puis professeur hors-normes à Polytechnique, est mort en 1997.
Il avait menés un entretien surprenant dans les dernières années de sa vie, en souhaitant rencontrer longuement le philosophe royaliste Pierre Boutang qui, politiquement, de la Révolution nationale à la guerre d'Algérie, avait fait des choix opposés aux siens.
En cinq épisodes, les deux hommes se rapprochent, en effet. Le maurrassien qui, fait exceptionnel était déjà plus pascalien que cartésien, finit par considérer les idéalistes allemands chers à Domenach, lequel doit bien constater que son interlocuteur ne voit pas tout à la mesure de l'étalon Parthénon. Domenach et Boutang partagent la même détestation de la frivolité ambiante et s'inquiètent pareillement de la détérioration du langage et du paysage. Seulement le premier, qui voyage davantage, ne cherche pas aussi systématiquement à revenir aux sources anciennes : "la modernité est ce qu'elle est, rien ne sert de grimper sur la montagne ; plutôt que de critiquer la société, changeons-la." Les derniers entretiens portent sur l'écologie : "Si on va à la messe de minuit en automobile, on est sûr de ne pas rencontrer son prochain".

Paul Yonnet à voix nue, sur France Culture.


(0)
763 Vues
0 commentaire
09.2009

L'oeuvre de Paul Yonnet, sociologue, essayiste et écrivain, se situe au confluent de trois convictions :
 1) L’analyse de l’expérience personnelle est le premier pas vers la connaissance de l’homme, des sociétés qu’il forme et de leur histoire. Certitude très tôt acquise, d’abord par la lecture fondamentale, à quinze ans, du "Voyage au bout de la nuit" de Céline, puis, déplacée dans le champ de la sociologie, lors de ses premières études des phénomènes du loisir. Ainsi a-t-il découvert, en étudiant "la France du tiercé", dont il était naturellement proche, à quel point les acteurs de base du phénomène possédaient une connaissance spontanée savante, et à quel point, à l’inverse, une sociologie de l’extériorité, traitant le social avec désinvolture, véhiculait de contresens et de préjugés. D’où le recours à la méthode de la "participation observante" - séparée des phases ultérieures de l’objectivation.
 2) Passionné de démographie, d’histoire (de toutes les histoires), de droit, de psychologie, de philosophie, de littérature, d’anthropologie, mais aussi par les apports des sciences à l’explication des phénomènes sociaux, Paul Yonnet ne conçoit pas que la recherche ni l’élucidation puissent avoir lieu à l’intérieur d’une "discipline" seule, artificiellement recluse derrière les remparts qu’elle a (ou aurait) construits. Ardente obligation de l’interdisciplinarité.
 3) La vérité gît dans les livres. Mais il est plusieurs chemins pour y accéder, et notamment la voie littéraire. Il s’ensuit quelques conséquences : il n’est de pensée qu’écrite ; la sociologie, comme la philosophie ou l’ethnologie, est aussi un style et un art littéraire (Raymond Aron, Claude Lefort, Claude Lévi-Strauss) ; l’analyse des oeuvres de la littérature est un temps essentiel de la recherche ; nous pouvons entrer directement dans le cercle magique pour y côtoyer les écrivains (c’est Le Testament de Céline).

L’honneur d’un temoin. Avec Pierre Schoendoerffer sur Canal Académie.


(0)
517 Vues
0 commentaire
2007

Interview par Elizabeth Antébi du cinéaste mythique, réalisateur de "La 317ème Section" à "L’Honneur d’un Capitaine" jusqu'à "Le Crabe-Tambour".

Maxence Caron s'entretient avec Marc Fumaroli : voyage dans l’inhérente liturgie des arts.


(0)
685 Vues
0 commentaire
03.2009

La sortie de l'ouvrage "Paris-New York et retour – Voyage dans les arts et les images" est le prétexte à cet entretien qui permet à Marc Fumaroli de jetter un long regard sur le monde des arts.
Il discerne, dans l’invasion contemporaine de ce dernier par l’image, une décadence de l’être-au-monde en général. L’image pullulante, terroriste à proportion de fantomatisme, fait évoluer l’homme au sein d’un univers de simulacres qui le coupent de tout référent et le courbent à immanence, ce qu’au contraire l’essence même de l’art permet d’éviter.
A l’industrie des "images-vampires", Marc Fumaroli oppose une conversion à "l’éternel retour de la Beauté", invitant à participer ainsi par elle à l’habitacle où se diffuse, en une même médiation, l’équilibre de la nature et de la grâce, ce visage caché du Christ dans l’art, cette sancta facies abscondita qui est le secret de toute peinture véridique.

Réflexions d’un philosophe inclassable. Avec Maxence Caron interrogé par l'abbé Guillaume de Tanouarn sur Radio Courtoisie.


(0)
667 Vues
0 commentaire
11.2012

L'entretien fait suite à la sortie du "Journal inexorable" de Maxence Caron.