André Suarès. Avec Stéphane Barsacq sur Radio Courtoisie.


(0)
190 Vues
0 commentaire
10.12.2019

André Suarès compte parmi les écrivains les plus importants de la première moitié du XXe siècle et pourtant son nom reste encore trop méconnu, alors que ceux de Proust, Gide, Claudel ou Valéry sont passés à la postérité. Stéphane Barsacq s'est attaché, dans un ouvrage récent, à mettre en valeur des textes inédits en volume ou très difficilement accessibles qui permettent de mesurer à quel point le talent de Suarès est grand.
Doué d'une immense culture et d'un regard pénétrant, Suarès peut s'exprimer sur tous les fronts : littérature ; peinture ; musique et danse ; mystique. On retrouvera ainsi des études d'une qualité exceptionnelle sur des auteurs aussi importants que Shakespeare, Goethe, Dostoïevski, Tolstoï, Verlaine, Stevenson, Péguy, Zweig. Les autres arts ne sont pas en reste avec des chapitres consacrés à Léonard de Vinci, Gustave ou Van Gogh, Wagner, le ballet ou Charlie Chaplin. Enfin une dernière partie est consacrée à des auteurs de spiritualité : saint Paul, saint Augustin, Spinoza...
Le recueil Miroir du temps offre un panorama complet de sa pensée et permet de découvrir toute l'ampleur des thèmes chers à Suarès sous une forme inédite, constituant ainsi l'une des meilleure entrées en matière possibles à cette œuvre majeure.

Émission du "Libre journal de la réaction", animée par Philippe Mesnard.

Alphonse de Châteaubriant, national-socialiste et chrétien. Avec Thierry Bouclier sur Radio Libertés.


(0)
221 Vues
0 commentaire
20.06.2019

Né le 25 mars 1877, près de Rennes, Alphonse de Châteaubriant apparaît comme l'auteur de tous les paradoxes. Dreyfusard dans sa jeunesse, il défend la politique de collaboration avec l'Allemagne à partir de 1940. Chrétien profondément mystique ayant une conception vitale de la contemplation, il voit dans le national-socialisme païen une re­naissance de la chrétienté médiévale.
Auteur porté au pinacle à la suite de ses romans Monsieur des Lourdines (prix Goncourt 1911) et La Brière (grand prix du roman de l'Académie française 1923), il sacrifie sa renommée avec La Gerbe des forces (1937), livre sulfureux favorable à l'Allemagne nouvelle, vue comme un retour à l'esprit de chevalerie. Alors rejeté par la plupart de ses pairs, le communiste Romain Rolland lui conserve toute l'amitié qu'il lui porte depuis 1906. Directeur du journal La Gerbe et président du Groupe Collaboration pendant l'Occupation, ­réfugié en Allemagne en 1944, frappé d indignité nationale et condamné à mort en 1948, il vit caché dans les montagnes du Tyrol jusqu'à sa mort, le 2 mai 1951, à Kitzbühel (Autriche).
Alphonse de Châteaubriant demeure un homme aux multiples facettes : un merveilleux conteur des paysages du Poitou et de la Bretagne ; un croyant en quête perpétuelle de Dieu ; un gentilhomme égaré dans les méandres de la politique. Un très grand écrivain trop souvent oublié qu'il vaut la peine de redécouvrir.

Émission "Synthèse", animée par Roland Hélie.

Aldous Huxley (1894-1963), le prophète oublié. Avec Françoise Todorovitch, Dominique Dussaussoy, Yves Michaud, Axel Kahn et Bernard Besret sur France Culture.


(0)
275 Vues
0 commentaire
29.09.2002

Voici près d'un siècle, dans d'étourdissantes visions, Aldous Huxley imaginait une civilisation future jusque dans ses rouages les plus surprenants : un État Mondial, parfaitement hiérarchisé, a cantonné les derniers humains "sauvages" dans des réserves. La culture in vitro des fœtus a engendré le règne des "Alphas", génétiquement déterminés à être l'élite dirigeante. Les castes inférieures, elles, sont conditionnées pour se satisfaire pleinement de leur sort.
Dans cette société où le bonheur est loi, famille, monogamie, sentiments sont bannis. Le meilleur des mondes est possible. Aujourd'hui, il nous paraît même familier...
Livre mondialement connu et célébré, Le Meilleur des mondes, d'Aldous Huxley, paru en 1932, n'est-il pas le seul titre vraiment connu par le public français ? Un défi, un réquisitoire, une utopie. On a pu dire à propos de cette œuvre, qu'elle était quasi prophétique dans l'univers de la biologie et de la génétique. Sans parler, bien sûr, des réflexions sur les dangers d'un monde technologique déshumanisé.
Veut-on une société parfaite, des gens heureux, seulement des génies ? Questions que se posait Aldous Huxley.

Émission "Une vie, une oeuvre", produite par Lydia Ben Ytzhak.

La vie et l'oeuvre des Goncourt. Avec Pierre Ménard sur Radio Courtoisie.


(0)
194 Vues
0 commentaire
19.04.2020

Edmond et Jules de Goncourt sont comme écrasés par leur nom. Si nul n'ignore le prix qu'ils ont fondé, l'oubli a frappé la vie et l'oeuvre de ces deux frères qui se sont attaqués pendant près d'un demi-siècle à tous les genres littéraires, et plus encore au genre humain. Suivre les Goncourt, c'est courtiser la princesse Mathilde, dîner avec Zola, survivre à la Commune, passer des salons des Rothschild aux soupentes sordides et recevoir toute l'avant-garde artistique dans leur Grenier de la Villa Montmorency.
Pamphlétaires incisifs, romanciers fondateurs du naturalisme, dramaturges à scandale, collectionneurs impénitents, ces langues de vipère ont légué à la postérité un cadeau empoisonné : un Journal secret qui fait d'eux les meilleurs chroniqueurs du XIXe siècle. Seule la méchanceté est gratuite, aussi les deux écrivains la dépensent-ils sans compter. Chaque page laisse éclater leur détestation des femmes, des parvenus, des Juifs, des artistes et de leurs familiers.
On découvre Baudelaire ouvrant sa porte pour offrir aux voisins le spectacle du génie au travail, Flaubert invitant ses amis à déguster des "cervelles de bourgeois", les demi-mondaines étalant un luxe tapageur ou Napoléon III entouré d'une cour servile qui met en bouteilles l'eau de son bain...
Réactionnaires ne jurant que par la révolution en art, aristocrates se piquant de faire entrer le bas peuple dans la littérature, les Goncourt offrent un regard aiguisé sur un monde en plein bouleversement, où, de guerres en révolutions, le paysan fait place à l'ouvrier, la bougie à l'ampoule et le cheval à l'automobile.

Émission du "Libre Journal des amitiés françaises", animée par Thierry Delcourt.

L'épuration littéraire 1944-1945. Avec Pierre Saint-Servant sur Radio Courtoisie.


(0)
217 Vues
0 commentaire
11.02.2020

Les "maudits", ce sont les écrivains épurés à la Libération : Brasillach, Drieu la Rochelle, Rebatet, Céline, et plus d'une centaine d'autres, entraînés, plus ou moins consciemment, dans la grande fièvre politique des années 1930 et 1940.
Loin d'amener à remettre les choses en perspective, le temps qui s'est écoulé a au contraire favorisé la banalisation d'une imagerie manichéenne, où il n'y a plus que des (très) bons et des (très) méchants. Les opinions ont été transformées en délits, et une pensée unique veut imposer les limites d'un culturellement correct. Il existe une littérature immorale et des auteurs indécents, et leur traque est de salubrité publique.
C'est contre cette grande entreprise de la bêtise universelle, contre cet "esprit des listes noires" que nous devons nous dresser.
Sans sombrer dans la bêtise inverse, nous pouvons lire les livres des "maudits" pour ce qu'ils sont : des livres, bons ou mauvais.

Émission du "Libre Journal de la nouvelle droite", animée par Thomas Hennetier.

"Les Déracines", de Maurice Barrès. Avec Olivier François à la Nouvelle Librairie.


(0)
299 Vues
0 commentaire
05.12.2020

"Barrès s'éloigne", écrivait non sans provocation Montherlant. Et si c'était le contraire qui se produisait ? Lui qui a fécondé la littérature française, de Drieu à Aragon, de Malraux à Mauriac, nous a légué avec Les Déracinés un des premiers romans "identitaires".
Un chef-d'œuvre prémonitoire présenté par Olivier François, éditorialiste à la revue Éléments et critique littéraire.

Une présentation donnée dans le cadre des "Jeudis de l'Iliade".

Jésus, les bourgeois et nous. Avec François Bégaudeau sur RT France.


(0)
324 Vues
0 commentaire
02.11.2020

Après le succès de Histoire de ta bêtise, une longue descente en règle du "bourgeois cool" qui verse tantôt dans "le monde de la culture" tantôt dans la publicité, François Bégaudeau donne un tour de vis supplémentaire et précise le portrait du "bourgeois hard".
Friand de week-ends au château et d'écoles de commerce, le bourgeois "hard" présente cette particularité d'aménager dans sa vie un espace pour le fric et un autre pour la tradition. Mais qu'on ne s'y trompe pas, l'un est au service de l'autre et réciproquement. Autoritaire et ennuyeux à mourir, le bourgeois "hard" s'offre aussi le luxe de privatiser l'histoire du christianisme.
Que reste-t-il aux gens ordinaires, si "hard" comme "cool" se prévalent de tout détenir ? Peut-être un peu de football et peut-être encore un peu Jésus, premier anarchiste de l'histoire…

Émission "Interdit d'interdire", animée par Frédéric Taddeï.

Face à l'homme blanc. Avec James Baldwin sur France Culture.


(1)
283 Vues
0 commentaire
06.1975

Du roman en partie autobiographique, Go Tell It on the Mountain, paru en 1953, à Harlem Quartet, son dernier roman quelque peu apaisé, en passant par le théâtre, les multiples essais polémiques et politiques en faveur de l'émancipation des Noirs aux États-Unis, La prochaine fois, le feu, paru en 1962 et dont l'effet fut celui d'une bombe, l'oeuvre de James Baldwin lui valut une notoriété mondiale. Celle-ci, polymorphe et inquiète, fut longtemps oblitérée par le personnage qui hantait le Saint-Germain-des Prés de la fin des années 40 et le militant, ex-pasteur, d'une pauvre famille de Harlem qui haranguait si bien les foules.
Aujourd'hui que les cendres brûlantes ont recouvert les mouvements pacifistes ou violents des Noirs américains des années 60, il est temps de redécouvrir l'œuvre dans toute sa richesse et ses ambivalences. La révolte violente d'un Richard Wright, par exemple, est compensée par les paroles d'amour et d'apaisement de James Baldwin, sous l’œil, évidemment, du FBI. Car Baldwin est l'homme par excellence de l'entre-deux, de l'exil, et il ne pouvait sans doute jamais tout à fait réconcilier en lui le Noir et le Blanc, le féminin et le masculin, la pulsion érotique et la demande de l'impossible amour qui abolirait toute frontière, l'Amérique et l'Europe, New York et Paris, et à la fin de sa vie, Saint-Paul-de Vence où il tentait de guérir de ses blessures et de son pessimisme et où il mourut d'un cancer en 1987.
Noir ou américain, c'est en tant qu'écrivain que James Baldwin voulait être connu et reconnu, et c'est ainsi qu'il faut avant tout le lire et l'écouter.

Un entretien mené par Éric Laurent.