Clive Staples Lewis (1898-1963). Avec Suzanne Bray, Irène Fernandez, Daniel Warzecha et Anne-Frédérique Mochel-Caballero sur France Culture.


(0)
64 Vues
0 commentaire
03.07.2008

On ne peut voir qu'une troublante coïncidence dans le fait que l'auteur du Meilleur des Mondes, Aldous Huxley, ainsi que celui des Chroniques de Narnia, C. S. Lewis, se soient tous deux éteints le jour même où l'on assassinait John Fitzgerald Kennedy, le 22 novembre 1963. Et ne pas trouver étrange que cet Irlandais, professeur de littérature du Moyen-Age et de la Renaissance d'apparence austère, touché par la foi à l'aube de ses trente ans, ait partagé une longue et profonde amitié avec J. R. R. Tolkien, et ... imaginé s'amuser à se cacher dans des armoires.
Auteur de nombreux ouvrages de réflexion chrétienne, de critique littéraire ainsi que de romans pour adultes et enfants en passant par la science-fiction avec sa Trilogie cosmique, C. S. Lewis connut une très grande popularité dans les milieux anglophones mais dut attendre que les studios Disney s'en emparent pour que son ironie et ses réflexions sur les rapports entre mythes et religion atteignent véritablement la France. Un humour qui culmine dans La Tactique du diable, où il donne la parole à un vieux démon tentateur qui partage son expérience avec une nouvelle recrue sur les détours secrets de l'âme humaine.
Ainsi, toute l'oeuvre de C. S. Lewis nous conduit à visiter les doubles fonds du réel, ramenant la réalité à une croyance comme une autre, et par la magie de son écriture repeuplant les forêts sacrées de leurs créatures mythiques, tous les pays imaginaires se mettent à exister aussi intensément que l'enfance en nous.

Émission "Une vie, une oeuvre", animée par Lydia Ben Ytzhak.

Sur la Chine. Avec Simon Leys sur France Culture.


(0)
134 Vues
0 commentaire
10.01.1977

Simon Leys, écrivain, essayiste, critique littéraire, traducteur et sinologue belge, a publié en 1971 Les habits neufs du président Mao et en 1974 Ombres chinoises. Alors qualifié d'écrivain "réactionnaire", il raconte par le menu cette Chine qu'on ne pouvait décrire que par le pamphlet.
Pourtant, l'on pourrait utiliser à son sujet la phrase du célèbre écrivain chinois Lu Xun : "aussi, s’il se trouvait aujourd’hui quelque étranger qui, tout en ayant été admis à s’asseoir au banquet chinois, n’hésiterait pourtant pas à vitupérer en notre nom contre la présente condition de la Chine, voilà ce que j'appellerais un homme vraiment honnête, un homme vraiment admirable".

Une émission animée par Claude Hudelot, en compagnie de Marie-Claire Bergère, Lucien Bianco, Jean-Philippe Béja et Siwitt Aray.

Joris-Karl Huysmans (1848-1907). Avec Marc Fumaroli, Louis Forestier et Rose Fortassier sur France Culture.


(0)
82 Vues
0 commentaire
22.11.1984

En 1884, Huysmans publiait un ouvrage des plus singuliers : À rebours. Ce n'était pas un roman, ni non plus un essai : c'était une nouveauté insolite. Le héros, Des Esseintes, incarnait le décadentisme. Il était le parfait personnage "fin de siècle" qui avait choisi de se retirer loin des fatigues du monde, ne cherchant que le délié des jouissances esthétiques les plus rares.
Or Huysmans était un ami de Zola. Il s'était montré l'une des têtes importantes du Naturalisme. Et voilà qu'il rompait soudainement avec son engagement passé. Dès lors, malgré de brefs remords, il s'en allait vers sa vocation, qui était religieuse.
Il n'en reste pas moins que la publication d'À rebours marque une date capitale : celle de l'inquiétude. Le Chantre absolu du progrès, Victor Hugo va mourir l'année suivante et Huysmans met le Progrès en cause. Il va, par son livre hisser au premier plan Mallarmé, Villiers de l'Isle-Adam, Odilon Redon, Gustave Moreau, entre autres. Il va donner envie à ses contemporains de l'esthétisme catholique.
Bref, À rebours est un livre décisif, et Huysmans l'un des plus grands écrivains de notre littérature.

Émission "Une vie, une oeuvre", animée par Hubert Juin.

Psychologie et société : notes de lecture, par Michel Drac.


(0)
418 Vues
0 commentaire
2018

Michel Drac, analyste politique et prospectiviste bien connu, se penche ici sur différentes questions de société.
Ce travail est mené par la lecture de plusieurs livres dont les contenus sont ici exposés clairement.

Jules Romains (1885-1972) et la modernité. Avec Marie-Claire Baucquart, Bernard Delvaille, Jean-Laurent Cochet et Alain Duhamel sur France Culture.


(0)
37 Vues
0 commentaire
28.11.1985

À l'occasion du centenaire de la naissance de Jules Romains, cette émission retrace la biographie de l'écrivain, brosse les grandes lignes de son parcours littéraire et souligne l'importance de son oeuvre poétique souvent oubliée au profit des romans qui ont fait sa renommée.

Émission "Une Vie, une Œuvre", animée par Hubert Juin.

L'oeuvre de Patrice Jean. Avec Patrice Jean, Thomas Hennetier et François Bousquet sur Radio Courtoisie.


(0)
44 Vues
0 commentaire
29.08.2018

Patrice Jean, auteur de plusieurs romans remarqués (La France de Bernard en 2013 et Les structures du mal en 2015), a récemment publié L'homme surnuméraire (éditions Rue Fromentin), l'histoire d'un père de famille méprisé par sa femme, ses enfants et son époque.
Exerçant le métier de professeur de français au lycée de Saint-Nazaire, il nous donne dans cette émission sa vision de la littérature qui rentre dans une "lutte à mort" avec le mode d'exister savant et technicien qui domine notre monde.

Émission du "Libre journal de la nouvelle droite", animé par François Bousquet.

Comment réenchanter le destin français ? Avec Eric Zemmour pour les Eveilleurs d'Espérance à Versailles.


(0)
138 Vues
0 commentaire
25.09.2018

"Je savais où je voulais vivre, avec qui je voulais vivre, et comment je voulais vivre. À mes yeux médusés d'enfant, le mot France brillait de tous les feux : histoire, littérature, politique, guerre, amour, tout était rassemblé et transfiguré par une même lumière sacrée, un même art de vivre mais aussi de mourir, une même grandeur, une même allure, même dans les pires turpitudes. La France coulait dans mes veines, emplissait l'air que je respirais ; je n'imaginais pas être la dernière génération à grandir ainsi. Il ne faut pas se leurrer. Le travail de déconstruction opéré depuis quarante ans n'a laissé que des ruines. Il n'y a pas d'origine de la France, puisque la France n'existe pas, puisqu il n'y a plus d'origine à rien. On veut défaire par l'histoire ce qui a été fait par l'Histoire : la France. L'Histoire est désormais détournée, occultée, ignorée, néantisée. L'Histoire de France est interdite. On préfère nous raconter l'histoire des Français ou l'histoire du monde. Tout sauf l'Histoire de France. Mais cette Histoire se poursuit malgré tout et malgré tous. Elle a des racines trop profondes pour être arrachées. Elle s'est répétée trop souvent pour ne pas se prolonger jusqu à aujourd'hui. Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Les mêmes lois s'imposent au-delà des générations. L'Histoire se venge." Eric Zemmour

Réception de la légende arthurienne au Moyen-Âge. Avec Michel Pastoureau à la Bibliothèque nationale de France.


(0)
73 Vues
0 commentaire
17.11.2009

Toute littérature est le reflet et le modèle de la société qui la produit. Les romans de la Table Ronde, écrits et lus dans toute l’Europe des XIIe et XIIIe siècles, n’échappent pas à cette règle. En racontant les aventures merveilleuses du roi Arthur et de ses chevaliers, ils mettent en scène une société imaginaire qui est à la fois un miroir - déformé mais grossissant - de la société féodale alors en train de se réorganiser, et un idéal propre à influencer les comportements de leur public jusque fort avant dans le Moyen Âge finissant.
Transposant dans l’univers littéraire les codes et les usages de l’aristocratie, ils les modifient et proposent en retour, à une large partie de la société, de nouveaux systèmes de valeurs et de nouveaux modes de sensibilité.