Les ennemis de l'Occident. Avec Alexandre Del Valle au Cercle Aristote.


(0)
537 Vues
0 commentaire
23.01.2017

Alexandre del Valle fut précurseur en évoquant dès 1997 la menace islamiste et en annonçant la dérive de la Turquie néo-ottomane. Trente ans après la dissolution de l'ex-URSS, il montre que les pays de l'OTAN n'ont pas toujours changé leurs "logiciels" hérités de la Guerre froide, désignant la Russie comme l'Ennemi suprême. A cette erreur sur l'Ennemi correspond une erreur sur l'Ami, l'Occident demeurant allié aux "pôles de l'islamisme sunnite" (Arabie saoudite, Qatar, Koweït, Pakistan, Turquie, OCI, Frères musulmans) qui ouvrent, dans le cadre d'un projet d'expansion planétaire, à saper de l'intérieur les valeurs des sociétés ouvertes sous couvert de défense de la religion.
Le conférencier dresse également un bilan des "révolutions de couleurs" appuyées par nombre d'ONG américaines en Europe de l'Est et les relie à l'interventionnisme occidental en Irak ou en Libye puis au printemps arabe, devenu "hiver islamiste". Il dévoile de façon détaillée les stratégies et buts de guerre des islamistes, qu'il s'agisse des pôles "institutionnels" et étatiques, véritables ennemis, ou des djihadistes, simple face immergée de l'iceberg. Après avoir exposé leur double matrice théocratique et totalitaire, Alexandre Del Valle démontre que pour résister à cette offensive bien plus massive qu'on l'imagine, l'Occident doit de toute urgence définir la Menace et l'Ennemi dans leur globalité puis revoir totalement ses alliances et visions stratégiques.
L'enjeu n'est autre que de préserver les valeurs des sociétés ouvertes sans renier leurs racines civilisationnelles. La priorité est de les défendre chez nous avant de donner des leçons de droits de l'homme ou de démocratie au reste du monde.

Actualité de la lutte intellectuelle : Michel Drac répond aux questions d'Ernesto Deupoinzero.


(0)
655 Vues
0 commentaire
31.12.2016

Une conversation qui porte principalement sur le rôle des intellectuels "dissidents" dans l'évolution des rapports de force politique en France, mais qui aborde également des thémes aussi variés que la question de l'autonomie/du survivalisme, la place de la Russie sur la scène internationale ou l'aliénation des modes de vie virtuels.

Repères pour des temps incertains. Avec Michel Drac pour E&R à Paris.


(0)
560 Vues
0 commentaire
10.2016

L’équipe d’E&R Normandie a réalisé un entretien d’actualité avec Michel Drac.
L’occasion pour l'auteur de Triangulation de mettre en perspective la situation économique et sociale de la France au sein de l’Union européenne, et d'essayer de comprendre l'évolution des lignes de force des rapports géopolitiques et politiques actuels.
Un excercice d'équilibriste remarquablement exécuté !

La stratégie de tension au service des élites mondialisées. Avec Michel Drac sur TV Libertés.


(0)
467 Vues
0 commentaire
11.2016

Michel Drac, éditeur et essayiste, fondateur du site Scriptoblog, est spécialiste de géopolitique. Dans son ouvrage Triangulation, aux éditions Le Retour aux Sources, il revient au fil de trois conférences sur le concept de mondialisme.
A travers une discussion autour du terme d’ "empire", Michel Drac précise le rôle des élites mondialisées -qu’elles agissent dans le monde économique, médiatique ou politique- dans la perte de souveraineté des états.
Face à une époque complexe, l’auteur fait un parallèle avec la séquence historique italienne des années 70 et 80, en commentant une stratégie de tension diffusée en Europe et particulièrement en France, notamment face à l’islamisme radical.

42 ans de lutte de l'Occident contre Kadhafi. Avec Patrick Mbeko au Cercle Aristote.


(0)
514 Vues
0 commentaire
31.10.2016

Février 2011. Une insurrection armée éclate à l'Est de la Libye à la faveur de ce que la presse occidentale a baptisé le "printemps arabe". Plusieurs villes tombent aux mains de la rébellion, qui avec le soutien de l'OTAN, finit par renverser le colonel Mouammar Kadhafi, dirigeant de la Jamahiriya arabe libyenne. Le 20 octobre, les images épouvantables du corps ensanglanté, dénudé et sans vie du leader déchu seront fièrement exhibées dans les médias occidentaux comme un trophée. Comment en est-on arrivé là ?
Patrick Mbeko nous expose les logiques stratégiques qui ont guidé l'intervention militaire occidentale en Libye et démontre, à contrario de la rhétorique officielle et de nombreux "experts", que celle-ci est plutôt l'aboutissement d'un continuum historique qui prend son origine dès l'arrivée au pouvoir du colonel Kadhafi, le 1er septembre 1969.
Quatre décennies de guerres secrètes et de chasse à l'homme qui s’achèveront par l'exécution du leader libyen, au terme de sept mois de révolte savamment orchestrée par les pays de l'OTAN.

Les conséquences de la colonisation. Par Bernard Lugan pour France Idée d'Avenir à Lyon.


(1)
1400 Vues
0 commentaire
20.01.2011

Bernard Lugan, célèbre africaniste français, revient sur l'idéologie de la colonisation, son rapport tout spécial avec la pensée des Lumières et au courant politique "de Gauche".
Il fait ensuite la différence entre la colonisation française et sa version britannique, débarrassée des "vertus" d'émancipation et d'élévation aux valeurs occidentales.
L'oeuvre du Maréchal Lyautey au Maroc illustre un contre-exemple de ce qu'aurait pu être une colonisation ethno-différentialiste, respectueuse des coutumes et traditions locales.
Enfin, une réflexion sur l'immigration et ses conséquences sur le monde, aussi bien en France que dans les pays du tiers-monde, vient achever cet exposé.

Que faire quand on n'est ni Lénine, ni Cohn-Bendit ? Avec Jean Bricmont chez les Amis du Monde diplomatique à Montpellier.


(0)
1004 Vues
0 commentaire
08.04.2010

L’intellectuel belge, proche de Noam Chomsky, nous brosse un panorama idéologique de l’histoire de la gauche et du socialisme.
Il fustige en particulier la "gauche des valeurs" et évoque quelques rares pistes pour agir "quand on n’est ni Lénine ni Cohn-Bendit".
En deuxième partie, Jean Bricmont s'adonne au jeu des questions-réponses, ce qui permet d'aborder d'autres thématiques : le débat autour de la décroissance, de la démographie ou de la technologie, la question anarchiste, le Parti de Gauche, les différences entre la souveraineté et le nationalisme, la socialisation des moyens de production et le déclin intellectuel de l'occident.

Face au mondialisme : que reste-t-il du pouvoir politique et économique de la France ? Avec Michel Drac chez E&R à Dijon.


(0)
603 Vues
0 commentaire
15.11.2015

Le titre de cette intervention peut paraître étrange : comment peut-on comparer une puissance -la France-, et une idéologie -le mondialisme- ?
En fait, Michel Drac va nous montrer que la France s'oppose aujourd'hui aux puissances qui instrumentalisent le mondialisme pour l'affronter.