Les Lumières : un antihumanisme. Avec Marion Sigaut à Marseille.


(0)
554 Vues
0 commentaire
02.06.2012

Après nous avoir rappelé l’origne catholique de l’humanisme (avec l'école de Salamanque et les jésuites), au moment de la découverte du Nouveau Monde, et sa définition (l’humanité est une et indivisible, le pouvoir est au service du peuple souverain), Marion Sigaut met en évidence le profond mépris du peuple que n’ont cessé de manifester les Lumières.
Une simple citation de Voltaire permettra d'amorcer la réflexion, citation contenue dans sa lettre du 1er avril 1766 à M. Damilaville :
"Je crois que nous ne nous entendons pas sur l’article du peuple, que vous croyez digne d’être instruit. J’entends, par peuple, la populace qui n’a que ses bras pour vivre. Je doute que cet ordre de citoyens ait jamais le temps ni la capacité de s’instruire ; ils mourraient de faim avant de devenir philosophes. Il me paraît essentiel qu’il y ait des gueux ignorants. Si vous faisiez valoir, comme moi, une terre, et si vous aviez des charrues, vous seriez bien de mon avis. Ce n’est pas le manoeuvre qu’il faut instruire, c’est le bon bourgeois, c’est l’habitant des villes : cette entreprise est assez forte et assez grande. (...) Quand la populace se mêle de raisonner, tout est perdu."

Notre humanité. D'Aristote aux neurosciences. Avec Francis Wolff à Citéphilo.


(0)
587 Vues
0 commentaire
19.11.2011

Francis Wolff témoigne ici de sa pensée sur l'évolution de la conception de l'homme dans l'histoire de la philosophie.
On y retrouve quatre conceptions de la nature humaine : d'Aristote avec "l'animal rationnel" jusqu'à la figure actuelle de l' "homme des neurosciences, des sciences cognitives et de la biologie de l'évolution", en passant par la figure de "la substance pensante unie à un corps" de Descartes et l'homme des sciences humaines, de la sociologie et de la psychanalyse au XXème siècle.
La conférence s'est tenue au couvent des Dominicains de Lille.

Peut-on vouloir dépasser le libéralisme sans être socialiste ? Par Laurent de Briey au CEPPECS.


(0)
629 Vues
0 commentaire
24.04.2010

La crise financière a suscité une remise en cause du cadre libéral qui dominait aussi bien à gauche qu’à droite depuis trente ans. Si cette remise en cause rend possible et souhaitable un renouveau du socialisme, elle représente également une opportunité pour l’émergence de théories politiques alternatives. Parmi celles-ci, l’humanisme démocratique appelle à un dépassement du libéralisme, tout en s’affirmant à la fois progressiste et centriste.
Conférence donnée au Collège Européen de Philosophie Politique de l'Education, de la Culture et de la Subjectivité (Ceppecs) dans le cadre du cycle "Qu'est-ce que le socialisme ?"

La modernité comme projet politique. Avec Pierre Manent à Montpellier.


(0)
495 Vues
0 commentaire
21.04.2010

Repenser la politique, ses notions, ses institutions, fut un des grands chantiers de l'homme moderne, et ce dès le début du XVIe siècle.
Il fallait surmonter le désordre entraîné par la multiplicité des autorités, païennes et chrétiennes. Il fallait aussi répondre à l'horreur de ces véritables guerres civiles que furent les guerres de religion. Il fallait établir enfin un nouvel ordre politique, construit selon la raison, et fruit de la volonté des hommes...
Les grands artisans de ce chantier ? Machiavel, Hobbes, mais aussi Rousseau.

Vers une renaissance de l'humanisme. Avec Dany-Robert Dufour sur France Culture.


(0)
399 Vues
0 commentaire
04.11.2011

S’il est un mot qui se présente tel un épouvantail devant des corbeaux, c’est bien celui de crise, qu'elle soit morale, de la dette, du couple, de la famille ou encore de civilisation ! C’est la preuve que nous ne vivons pas seulement une crise financière et qu’il existe plusieurs économies humaines : politique, symbolique ou encore discursive.
Ceci explique que l’on ait pu parler récemment de politique de civilisation et que des auteurs désireux de rompre avec la société de consommation ont pu émerger.
Le philosophe Dany-Robert Dufour s’est fixé comme programme d’établir les axiomes minimaux nécessaires à la survie des sociétés démocratiques et laïques. Il prétend même que l’individualisme véritable et l’humanisme ne sont pas encore nés. Avec ce philosophe, il existerait vraiment une vie possible après le libéralisme…
Emission "Les nouveaux chemins de la connaissance".

Agro-écologie et décroissance. Avec Pierre Rabhi sur Radio Ici et Maintenant.


(0)
1739 Vues
0 commentaire
21.08.2004

Pierre Rabhi revient longuement sur son parcours, ses influences, et son rapport à la modernité aliénante.
Il expose son projet d'agro-écologie et l'horizon qu'il entrevoit : la décroissance comme projet de société.