La pensée solidariste. Avec Serge Audier sur France Culture.


(0)
657 Vues
0 commentaire
23.12.2010

Au coeur de la légitimation de l'État social se trouve l'idée de solidarité. Celle-ci n'est pas née ex nihilo : elle a été défendue par des réformateurs sociaux et des hommes politiques, républicains et socialistes, soucieux de légitimer une intervention sans précédent des pouvoirs publics pour la protection sociale des citoyens.
Avec la diffusion de l'idée de solidarité, c'est toute une vision du monde qui a été promue dans le débat public afin de fonder le combat contre l'insécurité sociale.
Il temps de redécouvrir l'ampleur de la réflexion qui a été menée, depuis la fin du XIXe siècle, pour aboutir à la doctrine dite du solidarisme. C'est en son nom que bien des réformes sociales, qui anticipent l'État-providence, seront menées : lois sur les accidents du travail, l'assurance maladie, les retraites, l'impôt progressif, etc. La solidarité est même devenue le mot clé pour définir la politique de la 3e République : il s'agissait, pour les "solidaristes", d'inventer une conception qui s'imposerait comme une voie nouvelle entre le libéralisme des "économistes" et le collectivisme des "socialistes".
Emission "La Fabrique de l'humain".

Le cadre et le moment dans lesquels les associations sociales doivent intervenir. Avec Dany-Robert Dufour à AVVEJ.


(0)
574 Vues
0 commentaire
21.09.2012

Les institutions de soin confrontées aux mutations historiques de l’être-soi et de l’être-ensemble survenues lors de ces 60 dernières années.
Conférence organisée à l'occasion du 60ème anniversaire de l'Association Vers la Vie pour l'Education des Jeunes.

Tirage au sort et politique : de l'autogouvernement républicain à la démocratie délibérative. Avec Yves Sintomer au Collège de France.


(0)
507 Vues
0 commentaire
15.02.2012

Cette conférence s'insère dans le séminaire "Histoire moderne et contemporaine du politique" donné par Pierre Rosanvallon.

Le vrai génie du Christianisme. Avec Jean-Louis Harouel chez Emmanuel Ratier sur Radio Courtoisie.


(0)
1218 Vues
0 commentaire
14.11.2012

Jean-Louis Harouel montre que la liberté intellectuelle, le progrès scientifique, économique et social, la tolérance, l'individualisme et la sécularisation de la société (laïcité) sont historiquement des inventions de la civilisation chrétienne occidentale.
Ce sont les fruits du dualisme chrétien : le royaume de Dieu est céleste et non terrestre ; Dieu et l'Etat sont séparés. D'où la disjonction du spirituel et du temporel, qui a procuré à l'individu une liberté sans équivalent dans les autres civilisations, en excluant la sacralisation d'un quelconque ordre terrestre.

La Vendée-Vengé, le génocide franco-français. Avec Reynald Secher sur Canal Académie.


(0)
649 Vues
0 commentaire
18.02.2007

La Vendée : les Français veulent se pencher sur cette page noire de leur histoire pour connaître et comprendre.

La Guerre de la Vendée : quand Babeuf présente un génocide. Avec Reynald Secher sur Canal Académie.


(0)
692 Vues
0 commentaire
15.02.2009

Le livre de Gracchus Babeuf sur la Guerre de Vendée et le système de dépopulation confirme la thèse développée par Reynald Secher, considérant l’époque de la Terreur révolutionnaire dans l’ouest de la France comme un génocide.

Le Livre noir de la Révolution française. Avec Renaud Escande et Jean de Viguerie sur Canal Académie.


(0)
819 Vues
0 commentaire
20.04.2008

Renaud Escande, directeur du projet, et Jean de Viguerie, spécialiste du XVIIIe siècle évoquent ici la face obscure de la Révolution de 1789.
La Révolution française possède sa face obscure avec son cortège de massacres, de cruauté et d'inhumanité. Le symbole de cette violence s'incarne bien évidemment dans les événements de la Vendée : alors que dans un premier temps s'établit une guerre civile, s'ensuit très vite ce que l'on qualifiera de véritable génocide, préfiguration des horreurs totalitaires du XXe siècle. Pourtant, les idéaux du XVIIIe siècle se voulaient être ceux de la tolérance, du respect et de la fraternité. Le mythe de la Révolution fut tel que, jusqu'à nos jours, en dehors de la littérature contre révolutionnaire ou à de rares exceptions régionales ou locales, aucun travail de mémoire n'a été réalisé par les autorités françaises.

La guerre des juges contre l'Eglise au XVIIIe siècle. Avec Marion Sigaut à Toulon.


(0)
604 Vues
0 commentaire
02.02.2013

L'historienne Marion Sigaut expose la guerre des juges contre l'Eglise au XVIIIe siècle et l'obstruction parlementaire menée par les magistrats.
A cette époque, la séparation des pouvoirs n'existait pas : les juges (ou "parlementaires") étaient dotés de la fonction de pouvoir législatif via la procédure d'enregistrement des lois du roi.
Les parlementaires se servaient de ce pouvoir d'enregistrement pour contrer la monarchie au XVIIIe siècle, développer leurs intérêts et leurs privilèges, mais aussi pour empêcher tout projet royal d'égalité devant l'impôt. Tant que les parlementaires n'enregistraient pas le texte législatif royal, le texte n'entrait pas en vigueur.