Pour une histoire rélle du colonialisme. Avec Alain Ruscio au séminaire "Marx au XXIème siècle" à la Sorbonne.


(0)
121 Vues
0 commentaire
26.11.2016

"Halte à la repentance !" piaffent-ils en chœur de leurs perchoirs. "Les Français" n’auraient qu’une passion : "la haine de soi" pour mieux expier un passé dont ils ne sont plus fiers.
Le siècle dernier fut celui des luttes d’indépendance ; l’affaire, puisqu’entendue, serait donc à classer — à l’heure où Eric Zemmour, jurant à qui veut l’entendre de l’évidence du "rôle positif" de la colonisation, caracole sur les étals des librairies ; à l’heure où Alain Finkielkraut, assurant que les autorités hexagonales ne firent "que du bien aux Africains", est sacré à l’Académie ; à l’heure où Robert Ménard, l’auteur de Vive l’Algérie française !, a transformé la ville de Béziers en sujet d’actualité, les "vieilles lunes" n’ont-elles pas encore certaines choses à dire ?
L’historien Alain Ruscio remonte le temps pour nous dresser un portrait de ce que fut, réellement, l’histoire de la colonisation.

Comment notre monde a cessé d'être chrétien. Avec Guillaume Cuchet à la Librairie Mollat.


(0)
157 Vues
0 commentaire
15.06.2018

Le recul du catholicisme en France depuis les années 1960 est un des faits les plus marquants et pourtant les moins expliqués de notre histoire contemporaine. S'il reste la première religion des Français, le changement est spectaculaire : au milieu des années 1960, 94 % de la génération en France étaient baptisés et 25 % allaient à la messe tous les dimanches ; de nos jours, la pratique dominicale tourne autour de 2 % et les baptisés avant l'âge de 7 ans ne sont plus que 30 %. Comment a-t-on pu en arriver là ?
Au seuil des années 1960 encore, le chanoine Boulard, qui était dans l'Église le grand spécialiste de ces questions, avait conclu à la stabilité globale des taux dans la longue durée. Or, au moment même où prévalaient ces conclusions rassurantes et où s'achevait cette vaste entreprise de modernisation de la religion que fut le concile Vatican II (1962-1965), il a commencé à voir remonter des diocèses, avec une insistance croissante, la rumeur inquiétante du plongeon des courbes.
Guillaume Cuchet a repris l'ensemble du dossier : il propose l'une des premières analyses de sociologie historique approfondie de cette grande rupture religieuse, identifie le rôle déclencheur de Vatican II dans ces évolutions et les situe dans le temps long de la déchristianisation et dans le contexte des évolutions démographiques, sociales et culturelles des décennies d'après-guerre.

L'Ami Américain. Avec Eric Branca et Jean-Pierre Gérard sur Radio Courtoisie.


(0)
130 Vues
0 commentaire
04.04.2018

Pourquoi de Gaulle refusa-t-il, en 1964, de présider les commémorations du vingtième anniversaire du débarquement allié en Normandie ? Parce qu’il se souvenait que, sans sa volonté farouche de faire échec aux plans de Roosevelt, la France ruinée de 1944 n’aurait pas été traitée autrement que l’Allemagne vaincue, privée d’une fraction de son territoire et placée sous administration militaire américaine. Pis, c’est sur une partie des élites de Vichy que, durant tout le confit, la Maison-Blanche avait misée pour barrer la route à l’homme du 18 Juin.
Grâce aux archives déclassifiées, mais aussi à des témoignages inexploités, il est désormais possible de raconter pour la première fois cette "guerre de trente ans" qui, de 1940 à 1969, opposa le Connétable de la France libre à la volonté de puissance des États-Unis. Alors que, aux instants les plus cruciaux de la guerre froide, le soutien du Général resta toujours acquis à Washington, le Département d’État et la CIA ont beaucoup tenté pour l’éliminer de la scène internationale. Du financement du FLN algérien au concours prêté à l’OAS, de l’espionnage nucléaire à la corruption d’une partie de la classe politique française, en passant par l’enrôlement d’Hollywood dans la croisade antigaulliste, Éric Branca et Jean-Pierre Gérard nous racontent l’histoire secrète et inédite de ce conflit.

Émission du "Libre journal de la résistance française", animée par Christian Vanneste.

Les conséquences du Congrès de Vienne pour l'Europe. Avec Thierry Lentz pour l'Institut Pierre Werner à Neumünster.


(0)
593 Vues
0 commentaire
10.06.2015

Cela fait maintenant deux siècles que le Congrès de Vienne, cette réunion diplomatique entre les grandes puissances européennes, à la fin de la période napoléonienne, jeta les bases de l’ordre européen d’aujourd’hui.
Mais quelles perspectives offre ce nouvel ordre international, notamment en matière de prévention des conflits, voire de répression des mouvements d’émancipation ? Quelles réformes de l’époque révolutionnaire ont eu des effets durables, malgré le climat de restauration imposé par les puissances européennes après la fin de Grand Empire ?
C'est Thierry Lentz, grand spécialiste du Premier Empire et de la Restauration, qui nous montre que ce congrès visa à construire une nouvelle Europe. Dans une ample machinerie diplomatique composée de centaines de délégations, le français Talleyrand saura manœuvrer en faveur des intérêts de son pays.
La résurgence napoléonienne des Cent-Jours vint pourtant compromettre le cours favorable des négociations et le congrès restera, du point de vue français, un souvenir peu glorieux. Est-ce cependant réellement le cas ?

Talleyrand et l'invention de la diplomatie française. Avec Charles Zorgbibe sur Radio Courtoisie.


(0)
108 Vues
0 commentaire
30.07.2018

Talleyrand : la personnalité controversée par excellence, parce que l'une des rares à avoir conservé une existence véritable dans l'ombre de Napoléon. "Le plus impénétrable et le plus indéchiffrable des hommes", dit de lui Mme de Staël, à laquelle il doit les débuts de sa carrière de ministre sous le Directoire. Un visage impassible : "Jamais visage ne fut moins baromètre", précise Stendhal.
Au Congrès de Vienne, il retrouve Metternich. Talleyrand et Metternich : deux jumeaux en diplomatie. Les deux modèles du diplomate accompli. Les deux experts - ou les deux acteurs - qui donnent à la diplomatie sa patine classique. Talleyrand et Metternich se connaissent depuis huit années, pendant lesquelles ils ont pu dialoguer et se rapprocher. Sans se départir d'une grande prudence : "Des hommes tels que M. de Talleyrand sont comme des instruments tranchants avec lesquels il est dangereux de jouer."
Le 30 septembre 1814, c'est le coup d'éclat de Talleyrand, son coup de poing sur la table des négociateurs au Rennweg, devant Metternich et les représentants des quatre Grands, surpris et effarés. A Vienne, Talleyrand a voulu s'ériger en "tribun de la plèbe internationale", en porte-parole des petites puissances, non admises dans le cercle des "Grands". N'a-t-il pas ainsi inventé la "diplomatie à la française" ?

Émission du "Libre Journal de la politique étrangère".

Le marxisme et le PCF : de Politzer à Gastaud. Avec Aymeric Monville au café marxiste à Paris.


(0)
80 Vues
0 commentaire
22.09.2018

Longtemps le marxisme, banni de l'université et des médias dominants, était principalement porté et défendu par le mouvement ouvrier. La récente parution de l'échange de lettres entre Louis Althusser et Lucien Sève jette un jour nouveau sur les débats qui agitaient le marxisme tel qu'il était pratiqué et développé au Parti communiste français (PCF). Riche tradition de pensée qui s'inspirait de précurseurs prestigieux parmi Politzer et les fondateurs de la revue La Pensée et trouve des prolongements contemporains dans l'oeuvre de Georges Gastaud.
C'est autour de ces enjeux politiques et théoriques qu'Aymeric Monville, qui dirige les Editions Delga et a durant sept ans été rédacteur-en-chef adjoint de la revue La Pensée, nous invite à réfléchir.

L'affaire Dreyfus. Avec Adrien Abauzit sur Patriote Info.


(0)
320 Vues
0 commentaire
17.09.2018

C'est en se basant sur les enquêtes et débats judiciaires que l'avocat, essayiste et conférencier Adrien Abauzit désintègre le récit académique de l’affaire Dreyfus. Il tire d'ailleurs au clair les crimes et rôles de Dreyfus, Picquart et Esterhazy.
Quant aux conséquences de l'affaire Dreyfus, elles sont analysées jusqu'à leur fin extrême : sur les champs de bataille de 1914...

France-Algérie : vers la réconciliation ? Avec Pierre-Yves Rougeyron au Club Gutenberg à Strasbourg.


(0)
90 Vues
0 commentaire
03.07.2018

La mémoire brûlante de la guerre d'Algérie travaille toujours les sociétés française et algérienne. Contre les rentiers et autres provocateurs du FLN et de l'OAS, contre toutes les revendications victimaires, il s'agit désormais de rétablir la vérité historique afin d'appaiser les tensions mémorielles.
Car la France et l'Algérie, qu'on le veuille ou non, on un destin lié. Et pour faire face aux défis qui s'annoncent, ils ont tout intérêt à établir une coopération étroite et appaisée.
C'est cette phrase en forme de prophétie, prêtée au général de Gaulle, que nous devons méditer : "L'Algérie, aurait-il dit, restera française comme la Gaule est restée romaine". La France aussi avait été conquise et colonisée. Cette injustice, connue, fait désormais partie de son Histoire, pour le meilleur et pour le pire. Arriverons-nous aussi à dépasser nos rencoeurs pour la période coloniale en Algérie ?