Hommage a Nicholas Georgescu-Roegen, père de la décroissance. Avec Jacques Grinevald.


(0)
553 Vues
0 commentaire
28.08.2010

Jacques Grinevald nous parle de celui qui est aujourd'hui considéré comme le père de la Décroissance, à savoir Nicholas Georgescu-Roegen. Ce roumain d'origine a plusieurs cordes à son arc : mathématicien (statisticien), économiste (il a travaillé avec Schumpeter), mais aussi biologiste darwiniste convaincu, physicien, il a eu une carrière académique classique remarquable.
A partir des années soixante, il commence à remettre en question les fondements mécanistes de l'économie néo-classique en y introduisant le deuxième principe de la thermodynamique : la loi de l'entropie.
A travers ses travaux, il démontra mathématiquement, physiquement, biologiquement, économiquement et philosophiquement que la science économique s'est trompée et continue à se tromper... et s'enlise dans son paradigme mécaniste et dans ses idéologies productivistes, travaillistes et croissancistes !
Son travail reste cependant assez ignoré au sein des facultés d'économie, malgré l'actualité brûlante de ses réflexions (l'atteinte des limites énergétiques et régénératrices de notre planète).

Crise: le moment decisif approche. Par Michel Drac sur le LibreTeamSpeak.


(0)
317 Vues
0 commentaire
18.09.2011

Analyse du risque de collapsus dans l’économie matérielle globale, en particulier dans sa dimension technologique, énergétique et écologique.

Quel futur pour les métaux et terres rares ? Par Didier Julienne à Canal Académie.


(0)
357 Vues
0 commentaire
19.02.2012

Allons-nous vers une pénurie ou vers un gâchis des métaux et terres rares ? Ces éléments sont en effet indispensables aux technologies avancées utilisées par notre industrie. Didier Julienne, expert des matières premières, auteur de plusieurs rapports gouvernementaux sur ces quesitons, décrit la situation actuelle dans le monde et en France.

Agro-écologie et décroissance. Avec Pierre Rabhi sur Radio Ici et Maintenant.


(0)
1425 Vues
0 commentaire
21.08.2004

Pierre Rabhi revient longuement sur son parcours, ses influences, et son rapport à la modernité aliénante.
Il expose son projet d'agro-écologie et l'horizon qu'il entrevoit : la décroissance comme projet de société.