Vatican II, 50 ans après : entre la lettre et l’esprit. Avec Philippe Levillain sur Canal Académie.


(0)
363 Vues
0 commentaire
16.09.2012

"Pourquoi l’accueil du Concile, dans de grandes parties de l’Eglise, est-il jusqu’à présent aussi peu unanime ? Eh bien, tout dépend de la juste interprétation du Concile ou -comme nous le dirions aujourd’hui- de sa juste herméneutique, de la juste clef de lecture et d’application. Les problèmes sont nés du fait que deux herméneutiques contraires se sont trouvées confrontées et sont entrées en conflit. L’une a causé de la confusion, l’autre, silencieusement mais de manière toujours plus visible, a porté et porte encore ses fruits. D’un côté, il existe une interprétation que l’on peut appeler "herméneutique de la discontinuité et de la rupture" ; celle-ci a souvent pu compter sur la sympathie des mass media, et également d’une partie de la théologie moderne. D’autre part, il y a l’ "herméneutique de la réforme", du renouveau dans la continuité de l’unique sujet-Eglise, que le Seigneur nous a donné, sujet qui grandit dans le temps et qui se développe, restant cependant toujours le même, l’unique sujet du Peuple de Dieu en marche."
Ce long extrait du discours de Benoît XVI à la Curie en décembre 2005 montre que, cinquante ans après le début du Concile Vatican II, l’évènement fait encore débat. Dans sa quête identitaire, l’Eglise peine à définir le rôle de Vatican II. Or, comme a pu le dire le cardinal français Paul Poupard, il faut distinguer "ce qu’a dit le Concile, ce qui a été dit au Concile et ce qu’on a écrit sur le Concile."
Historien, Philippe Levillain revient sur la nature d’un concile annoncé et souhaité par le le pape Jean XXIII peu après son élection et continué par son successeur le pape Paul VI. Considéré comme un nouveau printemps pour l’Eglise, les lendemains du Concile vont révéler une crise sans précédent reposant la question de l’Eglise face à la modernité et au modernisme. Philippe Levillain explique les raisons de cette crise et prolonge sa réflexion jusqu’aux pontificats de Jean-Paul II et de Benoît XVI.

Le Gallicanisme. Avec Alain Tallon à l'Académie des Sciences morales et politiques.


(0)
1532 Vues
0 commentaire
05.09.2006

Une introduction à gallicanisme, soit la doctrine défendant les libertés de l'Église catholique en France contre le centralisme de la papauté, traduit par une forte influence du roi de France sur le clergé français.
Communication prononcée lors du colloque organisé pour commémorer le centenaire de la loi 1905 de séparation des Eglises et de l'Etat.

Jansénistes et jésuites. Avec Marion Sigaut en Vendée.


(0)
525 Vues
0 commentaire
26.06.2013

Marion Sigaut nous propose d'étudier la guerre intestine à l'Eglise de France entre les jésuites, représentant l'Eglise traditionnelle, et les jansénistes, incarnant une sorte de protestantisme qui n'aurait pas rompu avec Rome.
C'est la compréhension du siècle de Louis XV qui est ici en jeu : cette période ne peut en effet être comprise sans analyser les conflits qui opposèrent le pouvoir judiciaire (janséniste) et le pouvoir royal.

Le rôle politique de l’Eglise catholique dans le monde. Avec Manlio Graziano au séminaire "Marx au XXIème siècle".


(0)
407 Vues
0 commentaire
10.03.2012

Un essai de compréhension de l'évolution des rapports de force du XXe siècle par l'étude des forces religieuses, particulièrement celle de l'Eglise Catholique.
Manlio Graiano soutient que cette dernière organisation est le seul acteur géo-religieux existant actuellement.
Conférence donnée dans le cadre du séminaire "Marx au XXIème siècle. L'esprit et la lettre", à Paris I-Sorbonne.

Le livre noir de la censure. Avec Emmanuel Pierrat à la Bibliothèque municipale de Lyon.


(0)
434 Vues
0 commentaire
19.06.2008

La censure est aujourd'hui omniprésente dans notre société, qui pourtant accorde une place envahissante à l'information.
C'est ce paradoxe qu'Emmanuel Pierrat s'attache à décortiquer : le "Livre noir de la censure" met en évidence, grâce aux multiples contributions de ses auteurs, l'étendue du pouvoir de la censure, des moeurs à la religion en passant par la santé et l'humour, et montre à quel point elle a su changer d'aspect, les siècles passant, et se mêler au courant des nouvelles technologies.
Un état des lieux inédit, privilégiant une analyse argumentée et essentiellement juridique, d'un phénomène bien plus étendu que ne le laissent entrevoir les récentes affaires portées sur le devant de la scène médiatique.

Les Lumières : un antihumanisme. Avec Marion Sigaut à Marseille.


(0)
452 Vues
0 commentaire
02.06.2012

Après nous avoir rappelé l’origne catholique de l’humanisme (avec l'école de Salamanque et les jésuites), au moment de la découverte du Nouveau Monde, et sa définition (l’humanité est une et indivisible, le pouvoir est au service du peuple souverain), Marion Sigaut met en évidence le profond mépris du peuple que n’ont cessé de manifester les Lumières.
Une simple citation de Voltaire permettra d'amorcer la réflexion, citation contenue dans sa lettre du 1er avril 1766 à M. Damilaville :
"Je crois que nous ne nous entendons pas sur l’article du peuple, que vous croyez digne d’être instruit. J’entends, par peuple, la populace qui n’a que ses bras pour vivre. Je doute que cet ordre de citoyens ait jamais le temps ni la capacité de s’instruire ; ils mourraient de faim avant de devenir philosophes. Il me paraît essentiel qu’il y ait des gueux ignorants. Si vous faisiez valoir, comme moi, une terre, et si vous aviez des charrues, vous seriez bien de mon avis. Ce n’est pas le manoeuvre qu’il faut instruire, c’est le bon bourgeois, c’est l’habitant des villes : cette entreprise est assez forte et assez grande. (...) Quand la populace se mêle de raisonner, tout est perdu."

La police de l'esprit au XIXe siècle. Avec Jean-Yves Mollier à l'ENS Paris.


(0)
439 Vues
0 commentaire
23.06.2013

Un document important pour comprendre d’où viennent les phénomènes actuels de censure, qui remontent souvent à des pratiques bien ancrées dans l'histoire de nos institutions.

La guerre des juges contre l'Eglise au XVIIIe siècle. Avec Marion Sigaut à Toulon.


(0)
401 Vues
0 commentaire
02.02.2013

L'historienne Marion Sigaut expose la guerre des juges contre l'Eglise au XVIIIe siècle et l'obstruction parlementaire menée par les magistrats.
A cette époque, la séparation des pouvoirs n'existait pas : les juges (ou "parlementaires") étaient dotés de la fonction de pouvoir législatif via la procédure d'enregistrement des lois du roi.
Les parlementaires se servaient de ce pouvoir d'enregistrement pour contrer la monarchie au XVIIIe siècle, développer leurs intérêts et leurs privilèges, mais aussi pour empêcher tout projet royal d'égalité devant l'impôt. Tant que les parlementaires n'enregistraient pas le texte législatif royal, le texte n'entrait pas en vigueur.