La méthode de l'égalite. Avec Jacques Rancière à la Librairie Mollat.


(0)
602 Vues
0 commentaire
05.02.2013

Littéraire et cinéphile, Jacques Rancière élabore depuis les années 1960/1970 une philosophie de l’émancipation, celle de la participation de tous à l’exercice de la pensée, et donc au gouvernement de la cité.
Contre ces intellectuels qui prétendent détenir la vérité, il se bat pour l’abandon de la traditionnelle distinction entre savants et ignorants.
Il revient ici sur son parcours biographique, son oeuvre philosophique et son regard de philosophe sur le monde.
Une vie qui se veut tout sauf exemplaire, dédiée à l’exercice de la philosophie, c’est-à-dire à l’émergence de nouveaux mondes possibles.

Neuro-Pirates, Neuro-Esclaves. Avec Paolo Cioni et Lucien Cerise à Paris.


(0)
815 Vues
0 commentaire
13.03.2014

Nous vivons dans un monde saturé de messages de toutes sortes.
Sachant que notre psyché se construit en grande partie en réponse aux facteurs environnementaux, comment est-ce que notre cerveau appréhende-t-il ces informations ?
Enfin, le pouvoir ayant pour but de se maintenir en place et de contrôler ses sujets, quels mécanisme sont-ils utilisés pour nous manipuler ?
Tour d’horizon des techniques d’ingénierie sociale.

La Fabrique de l'homme occidental. Avec Pierre Legendre sur France Culture.


(0)
2007 Vues
0 commentaire
10.1992

Pourquoi l'interdit ? Pourquoi les lois ? Qu'est-ce que l'Etat ? Comment séparer le juste de l'injuste ?
Etat, Religion, Révolution, Progrès... : ces artifices sont emportés dans le déchaînement du management scientifique promis à la terre entière.
La peur de penser en dehors des consignes a fait de la liberté une prison.
Pierre Legendre explique, en philosophe et historien du droit et des institutions, comment l'homme raisonnable organise le monde pour tenter d'échapper à l'abîme de son origine introuvable, ce mur de nuit auquel il s'adosse.

Emission "Les nuits magnétiques".

Interview de Bernard Lugan pour Emediat.


(0)
846 Vues
0 commentaire
08.2010

L'historien revient sur son parcours, ses polémiques avec le monde universitaire, l'africanisme en France, l'épisode de Mai 68, son rapport à la démocratie et l'Europe.

La pensée de Michéa. Par Pierre Le Vigan chez les Non-Alignés à Nice.


(0)
925 Vues
0 commentaire
05.2013

Il faut ne pas se laisser enfermer dans la gauche, soit l'idéologie du progrès, si on veut penser le dépassement le capitalisme.

Militantisme et propagande. Avec Sébastien Derouen à l'UDT d'Egalité&Réconciliation.


(0)
527 Vues
0 commentaire
2008

Comment faut-il structurer une organisation pour en faire une force politique agissante ?
Quels sont les relations entre les sections locales et la section nationale ? Comment former les militants et les cadres que l'organisation a besoin pour évoluer ?
Quels activités de communication doit-on entreprendre, et par quels moyens?

Un parcours atypique : Alain Soral se livre sur Radio Bandiera Nera.


(0)
647 Vues
0 commentaire
22.03.2009

Retour sur la jeunesse, les rencontres marquantes et les années de formation intellectuelles d'Alain Soral.

La Révolution de l'amour. Par Luc Ferry à France Culture.


(0)
1420 Vues
0 commentaire
08.2012

Luc Ferry débute cette série avec le mythe d'Ulysse dont l’histoire est abordée comme matrice de toute l’histoire de la philosophie. Nous sommes aujourd'hui entré dans un nouveau principe de sens, celui de l’amour, c’est-à-dire l’histoire de la naissance de la famille moderne et du mariage d’amour. Ces questions sont explorées aux moyens de la littérature et des tavaux réalisés sur l’histoire de la famille, de la passion amoureuse et de la vie privée. Le XXème siècle est celui où le mariage d’amour et la famille moderne va s’épanouir. Cet événement majeur n’est évidemment pas sans lien avec l’immense mouvement de « déconstruction » des autorités et des valeurs traditionnelles qui va caractériser ce siècle. Cette déconstruction des traditions commence en fait dès le milieu du XIXème siècle, avec l’invention d’un idéal de vie nouveau, la vie de Bohème, et prépare les utopies du XXème siècle (art moderne, Mai 68). Se profile alors l’émergence d’un monde de ruptures et d’innovations permanentes : celui de la mondialisation libérale. Enfin, sont abordées les conséquences de la révolution de l’amour sur la vie publique et collective, soit le passage d’un premier humanisme du droit et de la raison à un second humanisme qui repose sur deux questions nouvelles : la question de l’humanitaire et celle des générations futures.