Réflexions sur le dépérissement de l'Etat. Avec Alain Supiot à l'université Aristote de Thessalonique.


(0)
99 Vues
0 commentaire
03.05.2017

L'histoire juridique de l'édification de l'Etat moderne donne une idée de sa grandeur. Mais ce souverain débonnaire, tolérant la contestation et répondant du bien-être de ses sujets, semble aujourd'hui frappé de misère, comme l'illustre tristement le cas de la Grèce. Exposé par l'ouverture de ses frontières commerciales à des risques financiers systémiques, il voit ses ressources s'effriter et ses charges augmenter.
D'inquiétants docteurs se pressent à son chevet. Certains lui prescrivent saignée sur saignée, tandis que d'autres dressent déjà son acte de décès.
Plutôt que de cette médecine létale, c'est d'un diagnostic précis dont nous avons besoin afin de comprendre les causes profondes du dépérissement de l'Etat.

Ce discours est prononcée par Alain Supiot, Professeur au Collège de France, à l'occasion du titre de docteur honoris causa de l'université Aristote de Thessalonique qui lui est décerné.

"Misère de la théorie" d'E. P. Thompson. Avec Alexandre Fernon et Patrick Marcolini sur Radio Libertaire.


(0)
90 Vues
0 commentaire
15.05.2016

Alexandre Fernon, traducteur du livre d'Edward Palmer Thompson dont le sous-titre est Contre Althusser et le marxisme anti-humaniste, vient nous parler de cet ouvrage polémique et du penseur à qui il s'oppose, penseur qui a joué un grand rôle dans la formation des intellectuels critiques français qui sont aujourd’hui en vogue : Louis Althusser. Dans les années 1960 et 1970, ce philosophe marxiste, figure de proue du structuralisme, membre du Parti communiste mais adulé par les étudiants maoïstes, est considéré comme une référence par Alain Badiou, Jacques Rancière, Étienne Balibar, Manuel Castells ou Nicos Poulantzas.
Et c'est dans ce livre énergique et drôle, écrit en 1978, que l’historien britannique E. P. Thompson ridiculise la prétention des althussériens à hisser le marxisme au rang de science, le caractère réductionniste et mécanique de leur approche de l’histoire ou de la société, ainsi que le parfum de stalinisme qui entoure leurs positions. Pour lui, ce marxisme académique n’est rien d’autre que l’opium d’une bourgeoisie intellectuelle venue s’encanailler à l’extrême gauche.
En contrepoint, E. P. Thompson propose sa propre conception du marxisme nourrie de sa pratique d’historien, qui se fonde sur un dialogue avec les faits et accorde une place centrale à la capacité des hommes et femmes à faire leur propre histoire. Partisan de ce qu’il appelle un "communisme libertaire", il en appelle à relever le drapeau de l’humanisme pour élaborer une critique du capitalisme qui rejoigne les valeurs morales des classes populaires.

Les ordolibéraux. Avec Patricia Commun pour l'ALEPS à Paris.


(0)
83 Vues
0 commentaire
29.06.2016

Récente "crise grecque", prospérité qui ne se dément pas outre-Rhin, orientations économiques de Bruxelles : sans cesse l'actualité rappelle l'influence toujours agissante, louée ou critiquée, des ordolibéraux allemands. La conférence de Patricia Commun vient donc à son heure pour faire un point sur le sujet, au-delà des clichés et polémiques habituels.
Patricia Commun ne se contente pas de revenir sur l'histoire intellectuelle et politique de l'Allemagne des années 1930-1960 pour contextualiser l'itinéraire de ces économistes et sociologues antinazis (Walter Eucken, Wilhelm Röpke, le futur Chancelier Ludwig Erhard en particulier) à l'origine de la pensée ordolibérale, elle expose ce que sont les piliers doctrinaux de l' "économie sociale de marché" qui en découle : ancrage dans un ordre (d'où le terme "ordo") juridique du respect des règles assurant la libre concurrence sur fond de liberté des prix et des échanges, de stabilité monétaire, d'équilibre budgétaire et d'une fiscalité modérée. Et souligne ses heureux effets : cogestion pragmatique permettant d'éviter les pièges d'un État-providence, cohésion sociale arrimée à un tissu de PME créatives.
La conférencière montre enfin en quoi ce libéralisme pratique, consensuel et original à l'allemande qui répudie aussi bien le dirigisme et le "constructivisme" que le laissez-faire a profondément renouvelé la pensée libérale classique et refondé son assise épistémologique.

Une conférence organisée par l'Association pour la liberté économique et le progrès social.

La concurrence des souverainistes. Avec Frédéric Lordon sur France Culture.


(0)
135 Vues
0 commentaire
24.03.2017

Figure de Nuit Debout, l'économiste et philosophe Frédéric Lordon est invité pour donner un éclairage sur le nouveau clivage souverainistes/mondialistes. Il nous explique pourquoi le souverainisme de gauche serait l'autre nom de la démocratie...

La question nationale et la question sociale en France. Avec Pierre de Brague, Stéphane Blanchonnet et Louis Alexandre pour E&R à Reims.


(0)
86 Vues
0 commentaire
12.12.2015

C'est en revenant sur les expériences de l'Action française, du syndicalisme révolutionnaire français et de leur jonction au sein du Cercle Proudhon que Pierre de Brague (auteur chez Kontre Kulture et militant d'E&R), Stéphane Blanchonnet (président du Comité directeur de l'Action française) et Louis Alexandre (rédacteur en chef de la revue Rébellion) abordent les tentatives historiques d'articulation des questions nationale et sociale en France.

Sommaire des questions de la quatrième partie :
 0'00'02 : La question sociale et la question nationale, deux pôles affaiblis par leur dissociation
 0'02'00 : Déclin de l'AF suite au départ de Georges Valois, thèse de Bertrand Renouvin
 0'04'15 : Génération Maurras, renouveau militant et question sociale
 0'05'14 : Première Guerre mondiale, fracture au sein du syndicalisme et attachement à la patrie
 0'11'00 : Le Front National, bénéficiaire de la négation de la question nationale par la "Gôche"
 0'14'42 : Métamorphose de la lutte des classes, le peuple contre les élites
 0'20'45 : La réduction identitaire, piège pour les mouvements nationalistes
 0'24'30 : Le libéralisme, négation de toute détermination
 0'29'10 : Faiblesse du peuple français et absence de sacré
 0'33'18 : Maurras et Marx, deux visions de l’Homme
 0'40'05 : Nomadisme et syndicalisme
 0'42'48 : Corporatisme maurrassien et corporatisme fasciste

Les relations entre l'Union européenne et la Russie. Avec Jacques Sapir à l'Institut d'État des relations internationales de Moscou.


(0)
59 Vues
0 commentaire
20.04.2016

La crise ouverte que connaissent les relations entre la Russie et l'Union européenne entre dans sa troisième année. Le récent voyage à Moscou de Jean-Marc Ayrault, le Ministre des Affaires Etrangères de la France, a cependant donné un signal clair que, pour certains pays cette crise n'a maintenant que trop durée. Les propos que M. Ayrault y a tenus sont des éléments importants qui indiquent la volonté de la France de trouver une issue rapide à cette crise. De son côté, la Russie cherche, elle aussi, à sortir de cette crise.
Cette crise, cependant, a largement affectée les représentations de la Russie en France ainsi que dans plusieurs pays européens. Pourtant, on doit noter qu'elle n'est qu'une étape dans une lente dégradation des relations entre la Russie et l'Union européenne. Et, dans cette dégradation, la responsabilité de l'Union européenne est indéniable, même si elle résulte fort souvent des conséquences non-intentionnelles de ses actions. Dans le même temps, les relations économiques entre la Russie et l'Union européenne sont en train de changer.
Ceci met en question la capacité tant pour l'Union européenne que pour la Russie de prendre place dans un monde multipolaire qui est aujourd'hui une réalité, après avoir été pendant longtemps un simple souhait.

Chavez, la patrie au coeur : Vincent Lapierre répond aux questions de David L'Epée.


(0)
161 Vues
0 commentaire
07.2017

À l'occasion de la parution aux éditions Kontre-Kulture de son livre Chavez, la patrie au coeur, Vincent Lapierre se confie au micro de David L'Epée et revient sur l'histoire du Venezuela et sur l'épopée du chavisme.

 0:00:50 – raisons de l’intérêt de Lapierre pour Chavez, retour sur ses origines familiales
 0:02:33 – Lapierre renonce à travailleur comme conseiller économique du gouvernement vénézuélien et décide de s’engager en France
 0:05:18 – relations entre Chavez et l’extrême gauche européenne (Mélenchon par exemple), malentendu de cette gauche à l’égard du nationalisme émancipateur de Chavez
 0:07:09 – l’idéal militaire de Chavez, à contre-courant de la tradition réactionnaire de l’armée
 0:09:10 – Chavez hésite entre armée régulière et guérilla
 0:12:35 – Chavez orateur et auteur de discours-fleuves, ses interventions dans l’émission Alo Presidente, le rôle de l’éloquence
 0:14:52 – Chavez accomplit un tour du pays à sa sortie de prison pour renouer avec son peuple
 0:17:16 – Maisanta, un héros révolutionnaire parmi les ancêtres de Chavez
 0:18:35 – le populisme et la rhétorique chavistes, la notion de destin historique
 0:22:12 – Chavez et les femmes, comparaison avec Robespierre, de l’amour des femmes à l’amour du peuple
 0:25:51 – rapports entre populisme, homme providentiel et démocratie
 0:28:16 – expériences de démocratie directe dans la Constitution vénézuélienne, la "démocratie participative et protagonique", la révocabilité des élus
 0:32:15 – le pacte de Punto Fijo
 0:33:44 – Chavez et de Gaulle : confiance en l’armée, méfiance dans les partis, alliance civico-militaire
 0:35:40 – l’opposition trotskiste au Venezuela
 0:40:03 – république bolivarienne contre république française, révolution et enracinement, le bolivarisme
 0:45:35 – l’impérialisme yankee en Amérique latine et ceux qui y résistent
 0:47:55 – le chavisme est-il une révolution conservatrice ?
 0:49:03 – l’influence de la théologie de la libération
 0:50:34 – la figure du Christ
 0:52:36 – le socialisme du XXIème siècle et les noyaux de développement endogène
 0:56:40 – un défi relevé : l’éducation et l’alphabétisation des masses
 0:59:00 – la passion de Chavez pour la littérature
 1:00:38 – le Sistema : un programme social d’éducation musicale pour les enfants
 1:03:24 – une lutte culturelle contre le soft power étatsunien
 1:04:44 – anti-impérialisme et anti-sionisme : les relations internationales de Chavez, l’ALBA, les accords Sud-Sud, la Chine, la Russie, l’Iran…
 1:08:39 – Chavez et les dissidents nord-américains
 1:10:18 – Lapierre commente des citations positives et négatives de diverses personnalités sur Chavez (Gabriel Garcia Marquez, Alexandre Adler, Jean-François Kahn, Dominique Ziegler, Ignacio Ramonet)
 1:19:21 – annexe : quelques mots au sujet de la thèse de doctorat de Vincent Lapierre

Election présidentielle française : notes de lecture, par Michel Drac.


(0)
93 Vues
0 commentaire
2017

Michel Drac, analyste politique et prospectiviste bien connu, s'arrète sur les différents écrits publiés par les candidats à l'élection présidentielle française de 2017.
Ces livres, en plus de mettre en lumière les idées que portent certains politiques, nous renseignent plus largement sur notre époque, ses dérives et la dynamique historique qui nous (em)porte.