Michel Drac répond aux questions du site ComprendreLeNouvelOrdreMondial.fr


(0)
732 Vues
0 commentaire
15.11.2011

Cet entretien est permet de comprendre l’économie du Nouvel Ordre Mondial. Expliqué avec des mots simples, cette entrevue nous éclaire les principes fondamentaux qui se cachent derrière le discours de l’oligarchie mondialiste.

Depasser les pensées de la crise et les dualismes de la pensée contemporaine. Avec Maxence Caron sur Radio Courtoisie.


(0)
474 Vues
0 commentaire
27.10.2009

Quelles sont les causes de l'effondrement de la pensée ? Quelles décisions prises au cours de l'histoire ont pu mener à une telle catastrophe ?

Malaise des médecins. Avec le Dr. Plantey à Radio Courtoisie.


(0)
1240 Vues
0 commentaire
09.01.2002

L'émission se déroule dans le cadre du Libre Journal de Serge de Beketch, où le docteur François Plantey parle du malaise de la médecine et des médecins dans le monde moderne.

La modernisation sans la modernité. Avec Bernard Stiegler à Montpellier.


(0)
661 Vues
0 commentaire
16.06.2010

Ce que l’on appelle la mondialisation, dont Paul Valéry esquissa quelques conséquences peu de temps après la Première Guerre mondiale, conduit à présent à un processus de modernisation planétaire. Celui-ci fut déclenché en Europe occidentale aux alentours de la Renaissance. Il conduisit à la révolution industrielle, puis à l’expansion planétaire du capitalisme. Mais il fut accompagné d’un projet moderne qui constitua jusqu’au XXe siècle le versant politique du devenir technologique et économique.
La modernisation contemporaine se poursuit désormais indépendamment du projet moderne, et même contre lui. Un tel état de fait est-il possible et souhaitable ? Que penser de ce que l’on a nommé "l’autre modernité", "la modernité réflexive" - en particulier ces derniers temps, après la crise de 2008 ?

Le commun comme détermination de l'agir. Avec Christian Laval et Pierre Dardot à Citéphilo.


(0)
537 Vues
0 commentaire
26.11.2010

Selon une première approche, le commun serait une détermination de certains biens dont la propriété intrinsèque serait de ne pas être appropriables à titre privé. Ce qui revient à classer les choses en termes de biens "communs", de biens "publics" ou de biens "privés".
Selon une autre approche, le commun devrait être soustrait à la catégorie de l’avoir : ce que nous aurions en partage, ce serait notre condition même d’êtres finis, déterminant comme une communauté du "manque".
Mais le commun n’est ni une détermination inhérente à une certaine catégorie de biens, ni une détermination relevant immédiatement du mode d’être de l’homme. Il est une détermination de l’agir : seul l’agir commun peut donner à des choses de devenir communes tout en produisant une figure inédite du collectif.

Doit-on craindre la montée du FN ? Emmanuel Todd et Bernard Stiegler débattent sur Mediapart.


(0)
641 Vues
0 commentaire
05.04.2013

Bernard Stiegler, auteur de "Pharmacologie du Front national", et Emmanuel Todd, auteur avec Hervé Le Bras de "Le Mystère français", ont débattu de la possibilité -ou non- de la montée du FN en France.
Série "Où va la France ?"

Le mythe du progrès et du temps linéaire. Avec Alain Gras et Jacques Grinevald aux "3èmes Rencontres de Socio-Anthropologie" de Grenoble.


(0)
606 Vues
0 commentaire
21.01.2011

Nous sommes désormais dans l'ère de l'anthropocène avec une humanité devenue la principale cause des modifications de l'équilibre de la planète. Selon Alain Gras, la révolution industrielle n'a pas débuté au 18è siècle comme l'expliquent les manuels d'histoire, mais à la moitié du 19è siècle avec l'utilisation du feu comme source d'énergie. Le développement exponentiel de la civilisation technicienne ne concerne qu'un intervalle de temps très réduit.
Notre société se définit par la religion du progrès et le mythe d'un temps linéaire, en remplacement de la conception cyclique du temps des traditions qui nous ont précédé. Or, défend Alain Gras, tout est cyclique.
A l'inverse, notre modèle de développement se fonde sur la linéarité, laquelle se traduit par une exploitation des ressources énergétiques et minières non renouvelables jusqu'à leur épuisement, à l'inverse des sociétés traditionnelles ou de l'écosystème qui fonctionnent sur une architecture en boucle, répétable à l'infini.
Ainsi, le système économique actuel s'approche inéluctablement de son terme. La décroissance, cette tendance politique très minoritaire pour le moment, s'imposera par simple nécessité.

Pour un protectionnisme européen ! Avec Emmanuel Todd interrogé par Pascale Fourier sur Radio Aligre.


(0)
475 Vues
0 commentaire
19.11.2008

Emmanuel Todd nous rappelle que dans la logique du libre-échange, le salaire n'est vu que comme un coût et amène mécaniquement à l'insuffissance de la demande globale. Ceci a pour le moment été masqué par la vie a crédit des ménages américains.
L'hypothèse protectionniste se développe ainsi sous l'effet et en réponse à la crise provoquée par l'éclatement de la bulle du crédit américain.
Selon lui, le protectionnisme ne peut plus désormais fonctionner au niveau national, car la mondialisation a créé des "économies régionales" dépendantes. Il faut donc créer les conditions dans lesquelles on peut assurer une remontée des salaires et de la demande, notamment par la préférence communautaire sur le territoire européen.
L'entretien se déroule dans le cadre de l'émission "J'ai dû louper des épisodes..."