Orientalisme et occidentalisme : comparatisme et temporalité. Avec Henry Laurens à l'Institut d'Etudes Avancées de Nantes.


(0)
382 Vues
0 commentaire
31.01.2017

L'orientalisme et l'occidentalisme, c'est-à-dire les savoirs sur la société de l'autre se sont développés en parallèle, permettant de créer des comparaisons qui, dans certains cas, deviennent des actions.
Pris dans la temporalité longue de la grande divergence du XVIIIe siècle où l'Europe se sépare des autres sociétés à la grande convergence actuelle, différentes attitudes contradictoires se succèdent pour aboutir à un conflit des identités à un moment où en réalité le narcissisme de la petite différence dissimule une très probable dissolution de l'exogène.

L'assimilation est-elle un rêve ? Avec Raphaël Doan sur Radio Courtoisie.


(0)
414 Vues
0 commentaire
17.03.2021

Au-delà des polémiques, que sait-on vraiment de l'assimilation et de son histoire ? La pratique qui consiste à exiger de l'étranger qu'il devienne un semblable remonte à l'Antiquité, et n'est le privilège ni d'un pays, ni d'une époque.
Personne n'avait jusqu'ici proposé une histoire globale de l'assimilation. L'ambition des travaux de Raphaël Doan est de donner un panorama des pratiques d'assimilation à travers l'histoire, de l'Antiquité à nos jours, de l'Europe à l'Amérique, du Japon à l'Arabie, des grands empires aux pays d'immigration.
Un fait se dégage : même si elle se révèle parfois contraignante, l'assimilation est toujours associée à l'universalisme, tandis que le refus de l'assimilation a souvent partie liée avec le racisme ou la xénophobie. Loin d'être synonyme de repli sur soi, l'assimilation se révèle historiquement le propre des sociétés ouvertes.
En creux, ce sont les problématiques de notre époque, marquée par les crises migratoires et la mondialisation, que Raphaël Doan cherche à éclairer, en abordant les problématiques de l'étranger et de l'immigration sous un nouveau jour. Faut-il chercher à rendre nos sociétés diverses plus homogènes ? Quel type de culture, quel rapport à nous-mêmes et à autrui voulons-nous ? Bref : à Rome, doit-on encore demander de faire comme les Romains ?

Émission du "Libre Journal des débats", animée par Charles de Meyer.

Colonisation et climat. Avec Jean-Baptiste Fressoz pour l'Ecole Normale Supérieure.


(0)
492 Vues
0 commentaire
16.11.2021

Jean-Baptiste Fressoz revient sur l'ouvrage Les Révoltés du Ciel, coécrit avec Fabien Locher, dans lequel est montré que le climat a été longtemps partie intégrante des débats politiques depuis le XVe siècle. Les deux historiens discutent du rapport au changement climatique dans les sociétés occidentales entre les XVe et XXe siècles, en exposant les épisodes marquants de l'histoire scientifique, économique et politique de la perception du climat.
Partant d'une enquête lancée en 1821 par le ministre de l'Intérieur français auprès des préfets, afin de mesurer la perception de l'évolution du climat depuis la Révolution dans l'ensemble du pays, les auteurs de l'ouvrage montrent que le climat et son évolution ont toujours fait partie des préoccupations non seulement des hommes de sciences, naturalistes, botanistes ou médecins, des explorateurs, des paysans, mais aussi des hommes politiques.

Polémologie de la culture. Avec Laurent Ozon sur Telegram.


(0)
870 Vues
0 commentaire
2021

Ces enregistrements sont issus du fil audio Telegram de Laurent Ozon couvrant l'année 2021. Nous les publions avec son autorisation.
Pour retrouver ses publications depuis le début de l'année 2022, abonnez-vous à son espace via l'adresse suivante : www.ozoncanalaudio.org

La légende noire de l'Espagne. Avec Arnaud Imatz sur Radio Courtoisie.


(0)
652 Vues
0 commentaire
25.01.2021

L'historien Arnaud Imatz, spécialiste de l'histoire espagnole, nous présente les conditions dans lesquelles s'est formée la "légende noire" espagnole, compilation d'idées reçues, de mensonges et de préjugés qui ont largement contribué, depuis plusieurs siècles, à une méconnaissance des réalités espagnoles de ce côté des Pyrénées.
Il revient en particulier sur les questions de l'inquisition espagnole et de la conquête des Amériques sur lesquels beaucoup de contre-vérités sont encore coloportées. Dans quel but ?

Émission "Parole et pensée", animée par Jean-René Ladmiral.

Réponse aux décoloniaux et autres calomniateurs de la France. Avec Bernard Lugan pour le Cercle Aristote.


(0)
829 Vues
0 commentaire
25.06.2021

Alliés à l'islamo-gauchisme, les "décoloniaux" ont entrepris de déconstruire la France au moyen d'un terrorisme médiatique et intellectuel sans précédent. Ce n'est pas de "séparatisme" qu'il s’agit. Ils ne veulent en effet pas faire sécession. Ils bénéficient de tant d’avantages dans cette France qui les accueille, les nourrit, les loge, les soigne, les éduque… et qu'ils haïssent…
Leur but est d'invertir la France. Pour ensuite la soumettre en lui imposant des normes raciales, philosophiques, culturelles, sociales, politiques, historiques, alimentaires, vestimentaires, artistiques, sexuelles et religieuses qui, toutes, vont à l'encontre de sa nature profonde.
En pleine déroute intellectuelle, acculés dans l'impasse idéologique des "droits de l'homme", du "vivre ensemble", du "pas d'amalgame" et du sépulcre phraséologique de la "laïcité", les dirigeants français  sont désarmés face à cette entreprise de subversion et de conquête, unique dans l'Histoire millénaire de ce pays.
Quant aux indigènes français, sommés de débaptiser leurs rues, de dépouiller leurs musées, de renier leur Histoire, d'abattre leurs statues, et, quasiment, de devoir s'excuser d'exister, ils ont le choix entre la "soumission" et la réaction.
Or, cette dernière passe par la totale remise en question du corpus idéologique dominant, terreau sur lequel se développent et prospèrent les pensées invasives qui veulent faire de la France autre chose que la France…

Émission "Vendredi c'est PYR !",  animée par Pierre-Yves Rougeyron et Maxime Logerot.

Colonisation, décolonisation, postcolonialisme. Avec Elikia M'Bokolo à l'Université de tous les savoirs.


(0)
606 Vues
0 commentaire
03.11.2000

A trois mots, trois concepts et toute une série de pratiques qu'ils désignent, approuvées bruyamment par les uns, rejetées avec force par les autres. A eux trois, ces mots pourraient à première vue résumer toute l'histoire de l'Afrique au XXe siècle, en même temps qu'ils semblent vouloir baliser les voies du devenir africain pour les temps à venir. A y regarder de plus près, découper le XXe siècle africain en ces trois séquences ne va pas sans problèmes.
Si cette succession semble aller de soi, c'est parce qu'on sait, par expérience et par définition, que tout empire périra. Mais, quel contenu donner à la colonisation, en termes de durée et de processus mis en oeuvre ? Jusqu'à quel point peut-on souscrire à l'idée d'innovation radicale et positive sur laquelle elle a prétendu se fonder ? Et la décolonisation, comment procède-t-elle de la colonisation ? Comment les stratégies et les tactiques élaborées "en haut" par les pouvoirs locaux et métropolitains s'articulent-elles avec les diverses luttes menées à la fois "en haut" et "en bas", dans ce qui constitue le centre et la périphérie de formations géopolitiques complexes ? Il apparaît alors que la notion commode de postcolonialisme ne se réduit pas à un après-colonisation.
Plus qu'une mise en ordre de faits, dont beaucoup restent controversés, Elikia M'Bokolo propose ici des interrogations et des réflexions sur l'un des grands malentendus du XXe siècle.

Les débats autour de la Guerre d'Algérie. Avec Jean Monneret sur Radio Courtoisie.


(0)
734 Vues
0 commentaire
16.09.2020

Durant les années 1990, la recherche historique concernant la guerre d'Algérie fut touchée par un mal insidieux et malheureusement profond. On vit monter au créneau une génération d'historiens jeunes et prétendument désinhibés, mais n'ayant rien connu du conflit et n'ayant surtout qu'une très faible idée des passions et des déchirements qu'il causa. Encensés par les media auxquels ils facilitèrent l'étrange travail de repentance qui a transformé notre pays, ils acquirent vite le monopole de la parole publique. Le conflit algérien, c'était eux.
Le résultat est aujourd'hui confondant et l'on peut s'attendre au pire alors qu'Emmanuel Macron vient de confier à Benjamin Stora une mission sur "la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie", en vue de favoriser "la réconciliation entre les peuples français et algérien".
En pleine guerre contre l'hydre islamiste, le conflit en Algérie comme la période coloniale tout entière sont devenus les sources inépuisables d'un procès de l'armée française et de la France tout court. Ils nourrissent un acte d'accusation partial. Dans cette historiographie jeune et désinhibée, il n'y a guère de préoccupation nationale, ni la crainte d'embellir, fût-ce indirectement, la violence révolutionnaire.

Émission du "Libre Journal des historiens", animée par Philippe Conrad.