L’orientalisme : un parcours historique. Avec Henry Laurens aux Rendez-vous de l'histoire de Blois.


(0)
1116 Vues
0 commentaire
13.10.2011

Remontant au XVIIe siècle, à la formation des drogmans (traducteurs d’arabe, turc et persan) et à la traduction des Mille et une Nuits d’Antoine Galland où l’Orient s’introduit dans l’imaginaire occidental, Henry Laurens nous montre le rôle important qu’ont joué les orientalistes au XIXe siècle.
Il évoque le malentendu tragique de la seconde moitié du XIXe, alors que les connaissances des orientalistes étaient utilisées pour le développement du colonialisme et des théories essentialistes.
Objet de critique de la part des marxistes, le concept d’orientalisme a reculé après la 2e Guerre mondiale et la décolonisation, au profit de la spécialisation des chercheurs.

Les camps viets : une tragédie oubliée. Avec le Colonel Luciani sur Méridien Zéro.


(0)
1585 Vues
0 commentaire
03.06.2012

Wilsdorf et Eugène Krampon reçoivent le Colonel Luciani (ancien du 1er BEP) pour évoquer avec lui une des pages les plus tragiques de la guerre d'Indochine : Les camps de concentration du Viet Minh.

Actualité de Bernard Lugan, sur Méridien Zéro.


(1)
1241 Vues
0 commentaire
17.06.2012

Méridien Zéro reçoit Bernard Lugan pour traiter avec lui de ses deux derniers ouvrages  : "Décolonisez l'Afrique !" et "Histoire de Berbères".
L'émission est animée par le Lieutenant Sturm et Pascal Lassale. Wilsdorf est aux manettes techniques.

Fallait-il garder l'Algérie Française ? Avec Bernard Coll sur Méridien Zéro.


(0)
1602 Vues
0 commentaire
18.03.2012

Commémorations du 19 mars 1962 obligent, Wilsdorf et Eugène Krampon interrogent l'Histoire et la mémoire de l'une des périodes les plus douloureuses de la France contemporaine.
Ils reçoivent pour cela Bernard Coll, secrétaire général de Jeune Pied-Noir.

Le capitalisme cognitif, la nouvelle grande transformation industrielle. Avec Yann Moulier-Boutang à la Librairie Mollat.


(0)
1057 Vues
0 commentaire
04.02.2009

Après le capitalisme marchand et le capitalisme industriel, voici que s'ouvre une troisième ère, celle du capitalisme de l'apprentissage et de l'innovation.
Notre époque n'est assurément pas celle d'une transition vers le socialisme. L'ironie de l'histoire est que, si transition il y a, comme nous le pensons, il s'agit d'une transition vers un nouveau type de capitalisme. De ce point de vue, le socialisme et la gauche semblent en retard d'une révolution. La "mondialisation" actuelle correspond en effet à l'émergence, depuis 1975, d'un troisième type de capitalisme. Celui-ci n'a plus grand chose à voir avec le capitalisme industriel qui, à sa naissance (1750-1820), rompit avec le capitalisme mercantiliste et esclavagiste.
L'objectif de cette conférence est de décrire et d'expliquer de façon claire et accessible les caractéristiques de ce troisième âge du capitalisme.

Interview de Thierry Ardisson par Serge de Beketch à Radio Courtoisie.


(0)
3187 Vues
0 commentaire
13.10.1993

Le célèbre présentateur, bien moins regardant sur ses « fréquentations » à l'époque qu’aujourd’hui, parle de son livre Pondichéry, et plus généralement de ses convictions politiques et autres relations au culturo-mondain parisien.

Afrique du Sud : permanences et changements. Avec Pierre-Olivier Sabalot sur Méridien Zéro.


(0)
1381 Vues
0 commentaire
13.06.2010

Un essai de mise en perspective de la situation sociale et ethnique en Afrique du Sud, afin de comprendre la complexité des réalités du pays.

1789 : la Declaration des droits de l’homme et du citoyen et la Terreur. Avec Florence Gauthier à Lyon.


(0)
1531 Vues
0 commentaire
02.02.2007

La Révolution française fut une révolution des droits de l’homme et du citoyen.
Elle parvint à abolir le régime féodal et l’esclavage dans les colonies, deux des piliers de l’oppression des peuples. Elle entama encore une lutte contre l’expropriation de la paysannerie, le chômage et la vie chère et mit le droit à l’existence et aux moyens de la conserver à l’ordre du jour du contrat social. Elle fonda encore un droit des peuples à leur souveraineté et refusa toute "guerre offensive", y compris coloniale.
La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen synthétisait un projet de République démocratique, qui fut expérimenté de 1792 à 94, créant un espace public démocratique allant en s’élargissant, et dont les racines théoriques remontent aux Humanistes de la Renaissance, au XVIe siècle.
Et pourtant, son évocation s’accompagne immédiatement de son contraire : la Terreur. Le mot laisse derrière lui des images de répression accompagnée de flots de sang.
Il convient de rappeler quels actes et quelles personnes ont été réprimées, mais aussi de comprendre comment un tel rapprochement entre "droits de l’homme" et Terreur a pu se faire, éclipsant les premiers au profit de la seconde.
En effet, une telle substitution ne date pas de l’après-révolution, mais précisément du tout début de celle-ci, et plus exactement, du moment même où la Déclaration des droits fut votée, le 26 août 1789.

La conférence est donnée dans le cadre de l'exposition "La grande Révolution de 2014" de Raphaël Julliard du 13 janvier au 3 mars 2007.