Si Marx et Freud n'avaient jamais vécu. Avec Jon Elster au Collège de France.


(0)
722 Vues
0 commentaire
28.06.2011

En France, l’approche contrefactuelle ("What If History") prête à sourire. Ignorée par les historiens professionnels, elle est assimilée à un genre littéraire "mineur" : l’uchronie.
Elle a pourtant donné lieu depuis les années 1990, dans le monde universitaire anglo-saxon, à un domaine de recherche à part entière, avec ses débats épistémologiques et ses colloques internationaux.
Est ici présenté la démarche contrefactuelle visant à imaginer ce qu'aurait été l'histoire sans Marx et sans Freud.
Cette approche permet ainsi de questionner de manière originale les problèmes de la causalité, du rôle de l’imagination, de l’écriture et des usages politiques de l’histoire.

La conférence est délivrée dans le cadre du séminaire "Usages et enjeux du raisonnement contrefactuel en histoire et dans les sciences sociales."

L’atonalisme. Et après ? Avec Jérôme Ducros au Collège de France.


(0)
870 Vues
0 commentaire
20.12.2012

C'est de son point de vue de compositeur-interprète que Jérôme Ducros compare ici les moyens discursifs du langage tonal et des langages non-tonaux.
Au travers d'exemples nombreux, il finit par donner l’avantage aux premiers, et considère le retour de la tonalité comme inéluctable.

L'irrationalisation de la religion. Avec Roger Pouivet au Collège de France.


(0)
967 Vues
0 commentaire
28.05.2013

Alors que le Christianisme historique défendait une vision fondamentalement rationnelle de la croyance (théologie naturelle), le XXe siècle a vu se développer une approche privilégiant l'expérience et l'émotion contre la raison.
Comment et pourquoi se processus s'est-il accompli ?
Est-il encore possible d'imaginer une conception rationnelle de la religion chrétienne ?

La diversité du domaine des raisons. Avec Pascal Engel au Collège de France.


(0)
657 Vues
0 commentaire
28.05.2013

Avons-nous des raisons différentes de croire, d'agir et de sentir ? Ou pouvons-nous imaginer une rationnalité englobante et définitive qui unifierait ces domaines ?
Dans la lutte qui l'oppose aux penseurs post-modernes adeptes des rationnalités fragmentées et diverses, Pascal Engel défend une position rationaliste et réaliste de notre rapport au monde.

La vérité peut-elle survivre à la démocratie ? Avec Pascal Engel au Collège de France.


(0)
823 Vues
0 commentaire
28.05.2010

L’une des raisons pour lesquelles la vérité et la démocratie ne semblent pas faire bon ménage est qu’on a tendance à confondre, d’une part, la liberté d’opinion et de parole avec l’égale vérité des opinions, ce qui revient à adopter une forme de relativisme, et, d’autre part, la règle de majorité avec une règle de vérité, ce qui revient à adopter une forme de théorie de la vérité comme consensus.
Parce que la démocratie libérale repose sur le principe de la pluralité des valeurs et sur la neutralité axiologique, on a tendance à penser qu’elle exige de traiter toutes les opinions comme également respectables et, moyennant une confusion de plus, comme également vraies.
Parce que la démocratie suppose la règle selon laquelle, en matière de décisions, la majorité doit l’emporter, on suppose que les opinions majoritaires ont le plus de chances d’être vraies, et qu’elles sont vraies parce qu’elles sont celles de la majorité.
Comment donc envisager le rôle de la vérité dans la démocratie ?

La question de la Palestine. Avec Henry Laurens sur la RTS.


(0)
682 Vues
0 commentaire
15.04.2013

Une remise en perspective du conflit israélo-palestinien en s'arrêtant sur de nombreux aspects du problème.
Du jeu des empires coloniaux depuis le XIXe au nationalisme arabe en passant par la question de l'antisémitisme et de l'idéologie victimaire, Henry Laurens nous invite à saisir le réel dans toute sa complexité pour en comprendre le déroulement.
Un document passionnant qui revient aussi sur la formation intellectuelle d'Henry Laurens, et sur l'état de l'université française depuis la fin des années 60.

Tirage au sort et politique : de l'autogouvernement républicain à la démocratie délibérative. Avec Yves Sintomer au Collège de France.


(0)
488 Vues
0 commentaire
15.02.2012

Cette conférence s'insère dans le séminaire "Histoire moderne et contemporaine du politique" donné par Pierre Rosanvallon.