Réchauffement climatique : les erreurs du GIEC. Avec Vincent Courtillot à l'Université de Strasbourg.


(0)
1240 Vues
0 commentaire
15.09.2009

Vincent Courtillot nous explique avec beaucoup de clarté les nombreuses erreurs que contiennent les rapports alarmistes du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).
En effet, nous entendons régulierement qu'en matière de changement climatique, "le débat scientifique est clos", ou qu'il y a "consensus" au sein de la communauté scientifique. Il n'en est rien !La nécessaire humilité du scientifique (ici incarnée par Vincent Courtillot) devrait nous porter à plus de prudence, et à ré-évaluer les résultats qui nous sont donnés.
Et c'est là où le bât blesse : les rapports du GIEC, sur lesquels sont basées toutes les politiques de lutte contre les rejets de CO2, sont entachés d'erreurs scientifiques graves. Non seulement les modèles employés sous-estiment gravement les incertitudes des données utilisées, mais elles en omettent quantité d'autres qui semblent déterminantes dans les processus de changement climatique !
L’incroyable complexité du sujet -souvent simplifiée à outrance pour des besoins politiques et médiatiques- doit nous amener à un jugement plus nuancé, et à continuer les investigations qui nous donneront une compréhension toujours plus fine du climat.

La conférence est organisée par l'Ecole et Observatoire des Sciences de la Terre de l'Université de Strasbourg.

L'anthropocène comme périodisation de la géohistoire environnementale et de la crise anthropogénique de la biosphère actuelle. Avec Jacques Grinevald à l'Université de Lausanne.


(0)
429 Vues
0 commentaire
30.05.2013

La terminologie scientifique de l’Anthropocène de Crutzen et Stoermer (2000), représente, du point de vue d’un épistémologue et historien des sciences, une occasion privilégiée d’observer l’émergence d’une innovation conceptuelle et sa réception dans les géosciences, dans la coopération scientifique internationale et dans la culture politico-économique de la mondialisation d’une "humanité" qui prend conscience d’elle-même et de sa place dans l’évolution de la Biosphère.
Le débat implique une transdisciplinarité entre géosciences, biosciences, sciences humaines et sciences économiques et sociales sans précédent dans notre tradition académique européenne.
Le défi, intellectuel et institutionnel, est immense.

Vers la fin du réchauffisme ? Avec István Markó à l'Institut Turgot.


(0)
542 Vues
0 commentaire
29.05.2013

Istvan Marko fait partie d'un groupe de scientifiques belges, issus de différentes disciplines, qui unissent leurs efforts pour montrer que, contrairement à ce que l'on voudrait nous faire croire, le débat sur le réchauffement climatique est loin d'être clos.
Est donc présenté ici, de manière complète et exhaustive, l'ensemble des critiques scientifiques qui conduisent à douter de la validité des analyses et prévisions "réchauffistes" du GIEC sur l'évolution du climat.
Car ces dernières années, de nombreux faits sont venus contredire les théories du Groupe intergouvernemental d'étude du climat (le GIEC).
Pourquoi les températures n’ont-elles plus augmenté à la surface du globe depuis 1998, tandis que les émissions de CO2 ne cessaient de croître ? Pourquoi le volume de glace en Antarctique ne diminue-t-il pas ? Pourquoi les scientifiques impliqués dans le "Climategate" refusent-ils de fournir les données sur lesquelles se basent leurs prévisions ? Et surtout, pourquoi les prédictions alarmistes proférées par ces scientifiques ne se sont-elles pas réalisées ?
Telles sont quelques-unes des passionnantes questions qui ont été posées au cours de cette réunion.

Du changement climatique aux choix politiques dans des démocraties malades. Avec Hervé Kempf à l'ENS Paris.


(0)
408 Vues
0 commentaire
07.02.2011

Une réflexion sur le problème du changement climatique lié aux activités humaines, mise en perspective et projetée dans une optique de croissance.