Pierre-Yves Rougeyron : grand entretien pour le Bréviaire des Patriotes.


(0)
776 Vues
0 commentaire
10.2015

Dans cet entretien où Pierre-Yves Rougeyron passe en revue l'actualité du mois de septembre 2015, les sujets suivants sont abordés : Michel Onfray, Jacques Sapir, Eric Zemmour, le front anti-euro, la crise migratoire et l'attitude allemande, l'affaire Morano, 1789 cause de tous les maux ?, l'intervention russe en Syrie, l'Arabie saoudite, le Japon, et la fin de l’argent liquide.

Le mur de l'Ouest n'est pas tombé. Avec Hervé Juvin au Cercle Aristote.


(0)
540 Vues
0 commentaire
15.06.2015

Le capital paie des salaires quand les tanks le menacent. Enlevez les tanks, l'esclavage est de retour, la globalisation s'y emploie ; et voilà pourquoi George Soros finance la destruction des unités nationales à travers ses Open Society Foundations, voilà pourquoi les mafieux ukrainiens ont le soutien de leurs confrères américains et de leurs mercenaires, voilà pourquoi Israël se tourne vers la Russie et vers le monde orthodoxe, un monde qui sait ce qu'il en coûte de ne plus défendre son identité ! Car la chute du Mur de l'Est a laissé l'Europe sans défense contre des systèmes, des principes et des intérêts venus d'ailleurs... Ceux de l'US Empire. Le but de la manoeuvre ? Séparer l'Union européenne de la Russie et ruiner tout projet d'alliance eurasiatique qui, s'il se réalisait, reléguerait la puissance américaine aux marges du monde...
Si la chute du Mur de Berlin mit fin aux dictatures communistes en 1989, nul ne s'est inquiété de cet autre Mur qui allait à son tour diviser le monde : le "Mur de l Ouest". Celui que les États-Unis bâtissent au centre du continent eurasiatique.
Hervé Juvin démontre, au fil d'un dessous des cartes extrêmement mobile, l'urgence du "non-alignement" européen qui délivrerait enfin nations et frontières du glacis artificiel que l'hyperpuissance américaine ne cesse de développer au nom de la globalisation libérale désormais synonyme de crise mondiale majeure.

1995-2015 : savoir tirer les leçons des guerres balkaniques. Avec Thomas Wauquier au Cercle Aristote.


(0)
618 Vues
0 commentaire
08.06.2015

Avec l’effondrement du communisme, la fin du XXème siècle devait rapprocher les peuples, liquider la politique des grandes puissances, bâtir le village planétaire. Mais l’Europe a été prise de vertige. Au lieu de se saborder, l’OTAN a trouvé une deuxième jeunesse dans les guerres yougoslaves aux dépens des Serbes.
En 1915, les Serbes tombent sous les coups de trois pays. Mais ils se relèvent et continuent la lutte contre l’absolutisme. Pour finir, ils inversent le cours de la Grande Guerre et défilent victorieux le 14 juillet 1919 dans Paris en liesse. Bombardés en 1941 par les Allemands, en 1945 par les Alliés quand les Allemands sont partis, ils le sont encore en 1999, à Belgrade et dans leur terre historique du Kosovo. C’est parce que l’Europe, au fond, doute de ses propres choix mortifères qu’elle en a fait ses boucs émissaires. Les Serbes, peuple courageux, ont le tort immense de porter une conscience européenne dont notre continent ne veut plus.
Le cas des Serbes de Bosnie, patients artisans de leur indépendance et gardiens de nos racines chrétiennes, a été privilégié dans cette conférence.

Tempête sur le grand Moyen-Orient : le monde arabo-musulman entre l'Empire atlantique et l'Eurasie. Avec Michel Raimbaud au Cercle Aristote.


(0)
460 Vues
0 commentaire
13.04.2015

Extensible au gré des pulsions américaines, le Grand Moyen-Orient s'étend désormais de l'Atlantique à l'Indonésie, sur plus de 50 degrés de latitude. En raison de sa position stratégique aux confins de l'Eurasie autant que par sa richesse en gaz et pétrole, cette immense "ceinture verte" islamique détient un potentiel de puissance considérable et constitue un enjeu majeur.
De son devenir, mis en question par la tempête actuelle, dépend en bonne partie la physionomie de notre monde de demain : sera-t-il unipolaire, aux ordres de l'Occident comme il l'a été depuis la fin de la guerre froide, ou multipolaire comme le préconisent les émergents ? Telle est la question posée.

La crise : causes et conséquences. Avec David Mascré pour le Cercle Aristote.


(0)
493 Vues
0 commentaire
2010

Wall Street, jeudi 7 septembre 2008, 12 h. Dans un ciel déjà assombri par de nombreux nuages, un authentique coup de tonnerre retentit. Boursiers et analystes apprennent avec stupeur que Fannie Mae et Freddie Mac, deux organismes semi-étatiques chargés du refinancement des prêts immobiliers aux ménages sont mis sous tutelle. La nouvelle fait l’effet d’une bombe. Deux des principaux piliers du système capitaliste post-rooseveltien viennent de s’effondrer. En quelques heures, la panique s’installe dans les salles de marché. Les cours des principales valeurs américaines s’effondrent entraînant dans leur chute l’ensemble des bourses mondiales. C’est le krach !
D’immobilière, la crise va vite devenir financière, puis bancaire, puis boursière avant de se propager à l’économie réelle. Tous les pays, toutes les catégories d’actif, tous les secteurs de l’économie sont progressivement touchés. La plus grande crise économique de l’histoire depuis la crise de 1929 vient de commencer. Elle emportera bientôt tout ou presque sur son passage.
La crise de 2008 marque une rupture sans précédent. Désormais, plus rien ne sera jamais plus comme avant. Si nous voulons comprendre les mécanismes qui ont conduit à ce krach, les conséquences à  venir de la crise en cours et les moyens d’éviter ce qui demain pourrait constituer un effondrement sans précédent de nos économies et de nos sociétés, il nous faut remonter aux principes et aux lois morales qui jadis fondèrent la civilisation. Sans quoi, ce sont les conditions mêmes de notre survie qui demain risquent d’être menacées.
Comprendre les mécanismes de cette crise sans précédent, situer les responsabilités des élites, décrypter la redistribution des cartes qui est en train de se jouer dans le grand jeu planétaire, analyser la responsabilité des acteurs et des élites financières dans l’avènement de ce krach, imaginer les solutions de l’avenir, voilà ce à quoi s’essaie David Mascré.

Vers la domestication des humains. Avec Alain Cotta au Cercle Aristote.


(0)
678 Vues
0 commentaire
02.03.2015

Comment l’envolée du savoir humain, en particulier celle des sciences physiques, a-t-elle déterminé l’évolution de l’espèce humaine assujettie depuis ses origines aux processus darwiniens ?
Balayant son histoire du néolithique à nos jours, du chasseur-cueilleur au paysan puis à la révolution industrielle mise en œuvre par l’entreprise, Alain Cotta explore l’âge nouveau, la révolution digitale née des progrès accélérés de la biologie et de l’informatique.
Cette dernière évolution ne peut rester sans effets sur la sociabilité humaine : il dépeint en ce sens les différents niveaux de domestication auxquels l’être humain est astreint par la toute-puissance de l’entreprise et l’avènement des oligarchies dans des sociétés mondialisées, gouvernées par l’avidité financière et la hantise de la mort.
Plutôt qu’épris de liberté, les être humains ne sont-ils pas davantage attirés par une égalité semblable à celle des fourmis, des abeilles et des termites – leur reine exceptée ? Et, "roués pour le confort", ne seront-ils pas satisfaits d’une domestication de plus en plus stricte, génératrice d’un ordre social assurant la sécurité individuelle et collective ?

Autopsie d'un désastre économique. Avec Norman Palma au Cercle Aristote.


(0)
935 Vues
0 commentaire
09.03.2015

La France perd une usine par semaine, et celles créées ont de moins en moins de salariés, 49 en moyenne en 2014 contre 84 en 2012.
Si aujourd’hui les commentateurs admettent que la France est la grande perdante de l’industrie européenne depuis 1990, ils se gardent bien d’en détailler les causes.
Et parmi les causes principales il y a l’euro qui a permis à l’Allemagne d’utiliser le sous-développement de l’Europe de l’est pour ruiner les industries du continent. Aujourd’hui la stratégie allemande se retourne contre tous les Etats de la zone euro et particulièrement contre la France.
Pour reconstruire il nous faudra affronter cette question : comment en sommes-nous arrivés là ?

L'école publique va-t-elle disparaître ? Avec Veronique Bouzou au Cercle Aristote.


(0)
764 Vues
0 commentaire
10.04.2012

Alors que l'école publique française est gangrénée par l'héritage de Mai 68, la culture de masse et tous les mots qui finissent généralement en "isme" (antiracisme, communautarisme, égalitarisme), il est urgent de faire un état des lieux et de s'attaquer à la rénovation de cette institution qui jouait jadis le rôle d'ascenceur social.
Les divers représentants de l'institution s'empèchent volontairement de regarder la réalité en face : c'est ce à quoi nous convie Véronique Bouzou et son expérience de terrain au milieu de classes difficiles.
La survie de l'Education nationale est un défi lancé aux politiques, aux professeurs, aux parents et aux jeunes. Il est grand temps de le relever.