Bio-objets, les nouvelles frontières du vivant. Avec Céline Lafontaine pour La balado de Fred Savard.


(0)
646 Vues
0 commentaire
05.2021

A l'heure où l'on s'inquiète de l'avenir de la biodiversité, de nouvelles formes de vie éclosent chaque jour dans les laboratoires du monde globalisé. A mi-chemin entre le biologique et l'artificiel, les bio-objets (gamètes, embryons, cellules souches) sont les descendants des technologies in vitro qui ont permis de cultiver des cellules et des tissus vivants. Dotés d'une très grande plasticité, ils peuvent être congelés, modifiés, transplantés, transportés et échangés.
En quoi leur production croissante transforme notre rapport au vivant et à l'identité corporelle ? Quelles implications matérielles, économiques, sociales et culturelles sous-tendent leur prolifération ?
Céline Lafontaine analyse les imaginaires scientifiques, les pratiques et les espoirs mirobolants que soulève la production d'objets vivants. Elle rend visible les ressorts épistémologiques, industriels et éthiques de ce qui est devenu une véritable économie de la promesse.
L'enjeu de son étude originale est essentiel : les frontières entre vivant et non-vivant sont de moins en moins opérantes pour comprendre un monde où la matière biologique est transformée en objet biotechnologique. Les frontières du corps humain et les barrières entre espèces, qu'on croyait immuables, deviennent malléables.
Une contribution passionnante à la réflexion sur la condition du vivant à l'ère de l'Anthropocène.

L'économie capitaliste contre les identités. Avec Guillaume Travers sur Méridien Zéro.


(0)
619 Vues
0 commentaire
29.05.2021

Membre de l'équipe de la revue Eléments et auteur d'ouvrages sur l'économie publiés par la Nouvelle Librairie, Guillaume Travers interroge un monde d'individus plus que de communautés, subordonné à des intérêts matériels plutôt qu'à des valeurs traditionnellement spirituelles et guerrières.
Est-il permis, si ce n'est même possible, de penser un contre-modèle au capitalisme mondialisé ?

Émission "La Méridienne", animée par Lieutenant Sturm, Wilsdorf, Jean-Louis Roumégace et Alryck.

La Chine est-elle socialiste ? Bruno Guigue répond aux questions de Loïc Chaigneau.


(0)
549 Vues
0 commentaire
12.2021

Une question fait actuellement débat : la Chine est-elle toujours socialiste ou est-elle passée "en douceur" au capitalisme, voire comme l'affirment certains, à un "turbo-capitalisme" au cours des dernières décennies ?
Pour mettre fin à la confusion sur le sujet, le spécialiste de la Chine Bruno Guigue se fait un plaisir de battre en brèche cette vision occidentale qu'il estime être "obscurcie par les idées reçues".

 - 0'02'00 : La Chine est-elle socialiste ?
 - 0'11'15 : La classe capitaliste en Chine et l'économie de marché
 - 0'18'52 : Il n'y a pas de modèle politique, mais la Chine est-elle un EXEMPLE dans la voie vers le socialisme ?
 - 0'24'50 : La Chine, un état souverain : pas de socialisme sans souveraineté, pas de souveraineté sans socialisme.
 - 0'25'30 : La Chine est-elle une Dictature ?
 - 0'32'00 : Tibet, Taïwan, Hong Kong et le génocide Ouïghours
 - 0'48'40 : Socialisme et intersectionnalité en Chine
 - 0'49'20 : Que dire du crédit social ?
 - 1'00'30 : Chine, Guerre froide, lutte contre la corruption, éthique confucéenne
 - 1'04'40 : Quelle place pour l'individu, la subjectivité en Chine ?
 - 1'09'40 : La Chine est-elle impérialiste ?

Marxismes et études post-coloniales, un débat. Avec Benjamin et Armel Campagne sur Radio Libertaire.


(0)
460 Vues
0 commentaire
2021

Suite à la parution du livre de Vivek Chibber La théorie postcoloniale et le spectre du Capital (Asymétrie, 2018), charge assez forte d'un marxiste orthodoxe, il était temps de faire un bilan des apports empiriques et théoriques du débat qui s'en est suivi.
L'occasion de revenir sur le statut des révolutions bourgeoises, de l'hégémonie culturelle et idéologique des classes dominantes, du travail abstrait, des dominations non-capitalistes, du caractère contraignant du marché mondial pour les pays formellement délivrés de leur tutelle coloniale et de l'importance relative des intérêts économiques et des valeurs culturelles au sein des classes populaires.

Émission "Sortir du capitalisme".

Critique de la collapsologie. Avec Benoit Bohy-Bunel pour la Maison du Savoir.


(0)
703 Vues
0 commentaire
2021

Et si la collapsologie, développée entre autres par Pablo Servigne et Gauthier Chapelle, au lieu de penser un effondrement du capitalisme, permettait plutôt d'en imaginer la survie après l’effondrement ?
C'est la thèse critique que nous propose Benoît Bohy-Bunel en décortiquant, à partir des acquis théoriques de la critique de la valeur, les trois ouvrages Comment tout peut s'effondrer, Une autre fin du monde est possible et L'entraide, une autre loi de la jungle.
Au lieu de mettre en avant des techniques pour bien vivre la crise qui se profile devant nous et se préparer à la fin du monde, un vrai travail de critique social devrait au contraire chercher à dénoncer la fin du monde quotidienne et pouuser à s'en sortir.

Coronavirus, crise écologique et capitalisme. Avec Armel Campagne et Tim sur Radio Libertaire.


(0)
554 Vues
0 commentaire
2021

C'est en partant du livre d'Andreas Malm La chauve-souris et le capital. Stratégie pour l'urgence chronique (La Fabrique, 2020) que les deux intervenants nous conduisent aux racines du capitalisme producteur de dérèglement climatique et de pandémies.
Après une analyse des racines capitalistes (déforestation, urbanisation, mondialisation) des pandémies contemporaines (coronavirus, SIDA, choléra) via l'échange écologique inégal global et ses conséquences, ce sont les propositions d'action léninistes de Malm qui sont discutées et critiquées, en contraste avec celles de Jason Moore, éco-marxiste post-dualiste.
L'affirmation de l'État comme moyen d'action collective écologiste est-elle indépassable ?

Émission "Sortir du capitalisme".

Béton, arme de construction massive du capitalisme. Avec Anselm Jappe pour Espaces Marx.


(0)
851 Vues
0 commentaire
02.12.2020

Le béton incarne la logique capitaliste. Il est le côté concret de l'abstraction marchande. Comme elle, il annule toutes les différences et est à peu près toujours le même. Produit de manière industrielle et en quantité astronomique, avec des conséquences écologiques et sanitaires désastreuses, il a étendu son emprise au monde entier en assassinant les architectures traditionnelles et en homogénéisant par sa présence tous les lieux. Monotonie du matériau, monotonie des constru­ctions que l'on bâtit en série selon quelques modèles de base, à la durée de vie fortement limitée, conformément au règne de l'obsolescence programmée. En transformant définitivement le bâtiment en marchandise, ce matériau contribue à créer un monde où nous ne nous retrouvons plus nous-mêmes.
Raison pour laquelle il fallait en retracer l’histoire ; rappeler les desseins de ses nombreux zélateurs – de toutes tendances idéologiques – et les réserves de ses quelques détracteurs ; dénoncer les catastrophes qu'il engendre sur bien des plans ; révéler le rôle qu'il a joué dans la perte des savoir-faire et dans le déclin de l'artisanat ; enfin démontrer comment ce matériau s'inscrit dans la logique de la valeur et du travail abstrait.
Cette critique implacable du béton, illustrée par de nombreux exemples, est aussi – et peut-être avant tout – celle de l'architecture moderne et de l'urbanisme contemporain.

Economie marchande, économie psychique. Avec Dany-Robert Dufour pour l'Association Psychanalyse et Médecine.


(0)
665 Vues
0 commentaire
13.06.2019

Le philosophe Dany-Robert Dufour a tenté d'isoler, dans ses travaux, quatre grandes économies humaines : économies politique, discursive, marchande et psychique.
'La question qui se pose est donc : comment passe-t-on de l'une à l'autre ? C’est ce qu'il se propose d'expliquer dans cette conférence.