Critique du néolibéralisme ou critique de la société marchande ? Avec Anselm Jappe à la Fondation Copernic.


(0)
988 Vues
0 commentaire
17.05.2011

Les crises financières à répétition sont-elles dues aux seules politiques néo-libérales qui favorisent le capital financier aux dépend du travail salarié ou indiquent-elles la limite historique de la société capitaliste elle-même, basée sur la valeur, le travail abstrait, l’argent, la marchandise et le fétichisme de la marchandise ?
Depuis vingt ans, la "critique de la valeur" propose une relecture de l’œuvre de Marx en ce sens et en dérive des analyses du monde actuel.
C’est ainsi que les contestations que le capitalisme ne manquera de provoquer pourront s’attaquer au noyau de cette formation sociale -le travail abstrait producteur de marchandise- au lieu de se cantonner à une critique morale de ses symptômes, comme la spéculation.

L’esprit de Philadelphie : la justice sociale face au marché total. Avec Alain Supiot sur France Culture.


(0)
1065 Vues
0 commentaire
07.01.2010

Face au marché total, face à la concurrence éfreinée des firmes et des modèles juridiques, il semble aujourd'hui difficile de faire sa part à la justice sociale.
Armé de la certitude selon laquelle on ne régule pas les marchés comme on régule son chauffage central, le problématique soulevée par Alain Supiot est celle de la réglementation.
C'est donc à retrouver l'esprit de 1944 (Déclaration de Philadelphie), celui de la première Déclaration internationale des droits à vocation universelle qu'il s'emploie.
Emission "La Fabrique de l'Humain".

Joli temps de crise. Avec Monsieur K sur Méridien Zéro.


(0)
977 Vues
0 commentaire
16.05.2010

Quelles sont les origines de la crise économique actuellement en cours ?
Quel bilan pouvons-nous déjà tirer des événements ?
Et quelle perspectives pouvons-nous résonnablement esquisser ?

Le Syndicalisme : une continuité militante ? Avec Jean-François Comte et François Juvay sur Méridien Zéro.


(0)
938 Vues
0 commentaire
31.05.2010

Une réflexion sur la place de l'action syndicale au sein du militantisme nationaliste enraciné.

La crise des années 30 est-elle devant nous ? Avec François Lenglet, Daniel Lindenberg, Pierre-Noël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcoeur sur France Culture.


(0)
1434 Vues
0 commentaire
26.04.2007

Les Etats-Unis, dans les années 20 et avec 6% de la population mondiale, produisaient plus de 50 % du PIB de la planète et en consommaient encore davantage grâce au crédit facile.
Hélas, on sait comment ont fini "les rugissantes années 20" : crise de surproduction agricole, krach boursier américain, faillites bancaires en chaîne, ruine des épargnants, chômage de masse, fermeture des frontières, montée des mouvements autoritaires dans presque toute l'Europe. Et finalement, la pire des guerres qu'ait connues le monde.
Comme dans les années 1920, notre monde actuel connaît un certain nombre de situations paradoxales : La masse monétaire en circulation à travers le monde progresse à une vitesse bien supérieure à la croissance mondiale et les Etats-Unis sont en quasi-plein emploi - pourtant l'inflation, qui devrait logiquement s'ensuivre, demeure étrangement absente. Les Américains -ménages et Etat fédéral confondus- sont endettés dans des proportions gigantesques, mais le dollar reste fiable ; Chinois et producteurs d'hydrocarbures de pétrole et de gaz continuent à éponger ces déficits prodigieux, puisqu'ils ne savent pas quoi faire d'autre de leurs gigantesques profits.
Pour rester en Europe, autre paradoxe : la monnaie unique était censée rapprocher les politiques budgétaires et fiscales des Etats-membres. Mais il se passe exactement le contraire : la situation des pays en forte croissance, comme l'Espagne ou l'Irlande appellerait des politiques monétaires restrictives - pour éviter la surchauffe ; celle des pays en stagnation, comme l'Italie, ou à la croissance molle, comme la France, exigerait au contraire un relâchement des taux de la BCE....
A combien de mois, combien de semaines, sommes-nous de l'éclatement de la vraie crise boursière des années 2000 ? Quelles en seront les conséquences financières, économiques, politiques, morales ? Quelles leçons pouvons-nous tirer du précédent des années 30 ?
Emission "Du Grain à moudre".

Remarque : cette émission, enregistrée quelques mois avant le début de la crise dite des "subprimes", est intéressante dans la mesure où elle permet de distinguer différentes positions épistémologiques dans le domaine de l'économique, qui n'ont pas toutes le même degré de correlation à la réalité...

La mafia de la grande distribution. Avec Christian Jacquiau sur Radio Aligre.


(0)
1293 Vues
0 commentaire
09.04.2004

Christian Jacquiau évoque ici les pratiques méconnues de la grande distribution, notamment les marges arrière.
Il dénonce les méfaits d'un capitalisme oligopolistique qui, appliqué à la grande distribution, tend à tuer les industries et producteurs européens.
Emission "Des sous... et des Hommes".

Quand les fonds d'investissement s'attaquent au CAC 40... Avec Laurent Mauduit sur Radio Aligre.


(0)
873 Vues
0 commentaire
15.04.2008

Qui possède les entreprises du CAC40 ? Qu'est ce qu'un fond spéculatif ?
Quels changements le capitalisme hexagonal a-t-il subi ces dernières années et en quoi ces évolutions impactent-elles les politiques ?
Une émission importante pour comprendre les causes des changements induits dans nos pays.

Les nouveaux patrons de la presse nationale, tous mauvais ! Avec Jean Stern, Véronique Brocard et Jean-Michel Dumay chez Daniel Mermet sur France Inter.


(0)
1560 Vues
0 commentaire
22.11.2012

Ils achètent des journaux comme ils s’offrent un nouveau yacht ou un petit domaine dans le Bordelais. Cela fait partie de leur panoplie. Avant, on appelait ça se payer une danseuse...
Leurs airs de gentils mécènes ne trompent personne. Quand Bernard, Vincent, Serge, Xavier et les autres injectent des millions dans Les Echos, Le Figaro ou Le Monde, c’est pour maintenir les rédactions sous pression et, par la même, réaliser de belles petites pirouettes fiscales.
Xavier Niel avait déclaré : "Quand les journalistes m’emmerdent, je prends une participation dans leur canard et après ils me foutent la paix..."
Parlez-en à Jean-Michel Dumay, ancien président de la société des rédacteurs du Monde, qui s’est battu contre la financiarisation du quotidien de référence avant de se faire débarquer... Ou à Véronique Brocard qui a dû quitter Télérama pour se refaire les dents à Siné Mensuel. Ou encore à Jean Stern (ex Libé, ex La Tribune...).
Trois journalistes qui débattent de la question autour du livre de Jean Stern "Les patrons de la presse nationale, tous mauvais".