Le nihilisme en art et en littérature. Avec Gérard Conio sur Radio Courtoisie.


(0)
322 Vues
0 commentaire
13.06.2019

Professeur émérite, Gérard Conio est spécialiste de littérature russe. Ses inlassables efforts de traduction, d'édition et son implication dans l'organisation de nombreuses expositions ont permit au public francophone de mieux comprendre la production artistique et littéraire en Russie et sous le régime soviétique, notamment le mouvement nihiliste qui joua un grand rôle dans l'évolution intellectuelle de ce pays.

Émission du "Libre Journal d'Aude de Kerros".

L'amour de la musique et de la langue française. Avec Georges Brassens sur France Culture.


(0)
459 Vues
0 commentaire
02.1979

Tout au long de cette entretien exceptionnel illustré de nombreuses chansons, Georges Brassens nous parle de musique, bien sûr, mais aussi de la modernité, de son apprentissage de la musique, de l'art d'écrire des chansons, de son indifférence au confort, de son rapport aux femmes et à la religion, de son engagement militant ou encore du thème de la mort présent dans ses textes.
Il répète inlassablement ne pas se considérer comme poète et s'exprime constamment avec mesure, en restant pudique et délicat.
Un échange de haute volée avec un grand artiste, "quand même musicien un peu des mots aussi"...

Émission "Les samedis de France Culture", animée par Philippe Nemo.

Origine et Poétique. Avec George Steiner au Collège de France.


(0)
478 Vues
0 commentaire
1992

Quelle est l'origine de l'oeuvre d'art ? Et pourquoi ajouter des oeuvres d'art à la pléthore de beauté, d'invention, d'humour qu'offre le monde tel qu'il est ? La réflexion de George Steiner renouvelle la philosophie des valeurs en interrogeant les arts, c'est-à-dire ce qui met les valeurs à l'épreuve de la manière la plus immédiate.
Sous le double signe de la pensée pure et de l'approche critique sont interrogés les théories philosophiques de la création esthétique, de Platon et Aristote à Saint-Augustin, Nietzsche et Heidegger et les témoignages des artistes eux-mêmes.

Les avants-gardes artistiques. Avec Béatrice Joyeux-Prunel sur Radio Aligre.


(0)
265 Vues
0 commentaire
19.09.2017

Depuis le début des années 1980, c'est-à-dire vraisemblablement à partir du moment où elles ont disparu, des milliers de pages ont été écrites sur les avant-gardes artistiques. Pourtant, personne n'avait encore tenté une synthèse comme celle que propose Béatrice Joyeux-Prunel.
Maître de conférences et chercheuse à l'Ecole normale supérieure en histoire de l'art contemporain, elle a entrepris, à l'aide de la sociologie, de l'histoire sociale de l'art et de nouvelles approches quantitatives permises par les outils informatiques, une première et ambitieuse histoire mondiale des avant-gardes artistiques.

Émission "La vie est un roman".

Pour en finir avec le Moyen Age. Avec Régine Pernoud sur la RTS.


(0)
564 Vues
0 commentaire
1977

Médiéviste réputée, Régine Pernoud s'est fait connaître en 1977 en publiant Pour en finir avec le Moyen Age dans lequel elle réhabilite aux yeux du grand public une soi-disant période d'obscurantisme.
Elle révèle par exemple le rôle déterminant des femmes, notamment dans le monde des affaires, les chefs-dʹœuvre artistiques souvent négligés et la richesse de la pensée philosophique et non seulement religieuse.

La fracture esthétique. Avec Alexandre Landre au Cercle Aristote.


(0)
298 Vues
0 commentaire
16.09.2019

Alexandre Landre, commissaire-priseur et secrétaire-fondateur du Club du Mercredi, nous propose de nous interroger sur la fracture esthétique qui parcourt la "dissidence" : au-delà des idées abstraites et du maniement des concepts, sommes-nous capable d'incarner notre vision du monde pour que nos messages politiques soient d'abord ressentis avant d'être compris sur le plan intelletuel ?
Parce que nous revendiquons un certain héritage culturel et que nous entendons pourfendre le mensonge et la laideur, nous nous devons de réfléchir à cette dimension souvent oubliée du combat politique.

Du paradigme de l'art contemporain. Avec Nathalie Heinich pour The Farm.


(0)
305 Vues
0 commentaire
01.2019

C'est à partir d'une perspective de sociologie de l'art contemporain que Nathalie Heinich tente d'en définir le paradigme. Car l'art contemporain rompt avec l'art moderne et non avec l'art classique : il ne s'agit pas seulement d'une période mais surtout d'une question de genre. On comprend que l'œuvre contemporaine peut s'éloigner des canons de beauté de l'art classique exposant premièrement l'intériorité de l'artiste.
Le "ready-made" de Duchamp devient alors la préhistoire de l'art contemporain. L'œuvre est révélatrice de ce paradigme, dans une vision de l'art où l'œuvre n'est plus l'objet mais plutôt l'idée proposée. Et peu à peu l'art contemporain de renverser les codes de l'art moderne en en modifiant les médiums. Il ne s'agit plus seulement d'un pinceau et d'un artiste mais de performances, d'installations, de vidéos...
La sociologue expose ensuite une frise des grandes dates de l'art contemporain. On passe de l'exposition du vide de Klein dans les années 1950 à l'arte povera en Italie une décennie plus tard, puis au prix de la Biennale de Venise attribué à Rauschenberg en 1964, pour avoir des propositions croissantes dans les années 1970 et enfin, dans les années 1990, une mondialisation de l'art contemporain à travers une extension dans les pays émergents.
Enfin, Nathalie Heinich brise les amalgames sur le monde de l'art contemporain, constatant que les médias n'en exposent qu'une partie. Ce monde ne se réduit pas seulement à un marché aux prix exorbitants, il est surtout constitué d'artistes peu reconnus vivant souvent dans une situation précaire.

Émission "Codex Conversation", animée par Frédéric Clad.

De quoi l'incendie de Notre-Dame de Paris est-il le signe ? Avec Sylvain Tesson à l'Institut National du Patrimoine.


(0)
385 Vues
0 commentaire
21.09.2019

Le 15 avril 2019, un incendie ravageait Notre-Dame de Paris et, d'emblée, l'écho de ce sinistre a envahi le monde. L'émotion universellement ressentie nous invite à réfléchir sur la portée de cet événement, ses implications et sa signification.
Et c'est à Sylvain Tesson, écrivain et voyageur, auteur de Notre Dame de Paris, ô Reine de douleur (Les Equateurs, 2019), qu'il revient de nous donner sa compréhension du caractère unique de ce monument et de nous livrer sa libre interprétation du signe que peut représenter l'incendie de la cathédrale de Paris.