La conservation des sols. Avec Konrad Schreiber et Michel Lucas sur France Culture.


(0)
1110 Vues
0 commentaire
21.05.2011

Une réflexion sur le travail du sol dans l'agriculture, et des techniques à mettre en place pour permettre à ce biotope de s'épanouir.
Emission "Terre à terre".

Histoire et bûcherons. Avec Jean-Pierre Rocher à Saint-Sauveur-en-Puisaye.


(0)
548 Vues
0 commentaire
03.02.2013

Une conférence sur l'histoire des bûcherons en Pays de Puisaye-Forterre.

L’eau, ressource naturelle : allons-nous en manquer ? quelle sécurité hydrique ? Par Bernard Barraqué sur Canal Académie.


(0)
711 Vues
0 commentaire
30.01.2012

Allons-nous manquer d’eau ? Se battra-t-on pour l’eau au XXI ème siècle comme on s’est battu pour le pétrole ou pour l’or ?
L’eau est-elle un bien collectif ? un bien collectif ? un bien de marché ? Les problèmes que l'on rencontre viennent-ils d'un manque d’eau ou plutôt de la pollution ? Qui consomme l'eau : les populations, l'industrie ou l'agriculture ? Qu'est ce que la "sécurité hydrique" ?
Telles sont quelques unes des questions abordées par Bernard Barraqué dans la communication qu’il a donnée devant les membres de l’Académie des sciences morales et politiques.

Les OGM. Avec Christian Vélot à Toulouse.


(0)
828 Vues
0 commentaire
10.11.2005

Rappeler rapidement et avec précision les bases nécessaires pour comprendre les différents usages et enjeux liés à l'utilisation des OGM, nous décrire la réalité de ce qui se trame au sein des laboratoires actifs dans la manipulation du vivant, ce sont les tâches auxquelles s'est assigné Christian Vélot.
OGM et recherche fondamentale, OGM et médecine, OGM dans l'agro-alimentaire : autant de catégories clairement différenciées afin d'éviter certains amalgames récurrents.
Les problématiques diffèrent grandement dans chacun des cas, notamment les risques sanitaires et environnementaux.
Une vulgarisation nécessaire.

Questions de terroir. Avec Claude et Lydia Bourguignon sur France Culture.


(0)
1116 Vues
0 commentaire
08.12.2007

Quel est aujourd'hui l'état de nos terroirs ? Quel est l'état des sols de nos régions après quelques décennies de traitements aux engrais et aux pesticides chimiques ?
Le constat est accablant : la subtile interaction entre roche-mère, bactéries et mycorhizes est perturbée, quand elle n’est pas détruite.
Il est grand temps d'agir !
Emission "Terre à terre".

Comprendre les Lumières. Avec Marion Sigaut et Alain Soral à Nantes.


(1)
1278 Vues
0 commentaire
16.02.2013

Lors de son intervention, l’historienne Marion Sigaut démontre comment Louis XV, sous l’influence entre autres de sa maîtresse la marquise de Pompadour, va favoriser le développement de la philosophie des Lumières dans le royaume de France et adopter certaines de leurs idées, ruinant ainsi les fondements de la monarchie et perdant l’attachement du peuple.
Pour elle, la période cruciale est celle du traité de Paris de 1763, qui consacra la défaite extérieure de la France à l’issue de la guerre de Sept Ans contre la coalition conduite par les Anglais. Cela se traduisit par la perte du premier empire français dont le Canada, la Louisiane, les îles du sucre, les Indes. Le royaume était lourdement endetté et, donc, sous la coupe des prêteurs. Mais, dans le même temps, la France était en train de subir une défaite intérieure du fait du monopole des idées pour les philosophes des Lumières qui, en 1762, ont obtenu l’expulsion du royaume des Jésuites, leurs principaux opposants intellectuels.
Prenant l’exemple du commerce des grains, elle démontre comment le docteur Quesnay, fondateur de la doctrine physiocrate, soutenu par Mme de Pompadour, va obtenir l’inversion totale des règles régissant leur distribution. Le docteur Quesnay est l’auteur des articles "Fermier" et "Grain" de l’Encyclopédie qui, sous la direction de Diderot, prétend faire l’état exhaustif des connaissances de cette époque. Cet ouvrage est au cœur du mouvement des Lumières. Il prétend remplacer la superstition par la science et préconise, pour régler tous les problèmes du royaume, de libéraliser le commerce et la société.
C’est ainsi que l’esprit qui commandait la distribution des grains dans toute la France va être détruit. En effet, conformément aux divers règlements traditionnels en vigueur dont le "traité de police" de 1709, les grains sont considérés non comme un produit ordinaire mais comme une subsistance indispensable au peuple. Le roi doit en assurer la distribution dans toute la France au "juste prix" fixé par la "taxation". Il s’agit d’un véritable service public, très contrôlé par la police dont c’est la mission première. Les intervenants, du fermier producteur en passant par le meunier et le commerçant en grains, doivent en respecter les dispositions. Or les physiocrates et les philosophes des Lumières considèrent que cette réglementation est la source des problèmes. Ils préconisent donc la libéralisation intégrale en confiant la distribution à des négociants, dont Voltaire fait l’éloge. Cette thèse est développée par un certain Herbert en 1753 dans son "Essai sur la police des grains" qui dénonce le monopole comme un préjugé.
Louis XV finira par céder et, par son décret de mai 1763, il instituera le marché national du grain qui supprime les péages et contrôles ainsi que la fixation du juste prix. Cette liberté du commerce des grains est étendue à toute l’Europe par un décret de juillet 1764. À partir de là, la spéculation sur le grain va exploser. En cinq ans, le prix du grain à Paris va doubler. En 1768, il faut 24 sous à une famille pour acheter ce qui lui est nécessaire pour se nourrir, alors que son revenu n’est que de 15 sous.
Dans tout le royaume, les émeutes vont se multiplier. Le peuple, souvent soutenu par la police, va se révolter contre ces hausses. Mais il faudra attendre 1770 pour que le roi revienne à la police des grains contre l’avis des tenants des Lumières, en particulier Turgot et Condorcet. Ceux-ci considèrent que le peuple, gorgé de préjugés, doit être converti au "progrès", qu’il doit savoir que ces lois de libéralisation sont perpétuelles et irrévocables.
Mais pour le roi, le mal est fait. Dans l’ancien système, le peuple l’accusait d’avoir été imprévoyant lors des disettes nées des mauvaises récoltes. Maintenant, il est considéré comme un spéculateur malveillant "qui s’enrichit sur le dos du peuple pour payer les frasques de ses maîtresses et de la cour". Après les scandales du trafic des enfants abandonnés, avant la suppression de la protection des travailleurs par les corporations, c’est une étape décisive vers la Révolution.
Alain Soral conclura en soulignant le parfum d’actualité de cette situation. L’adhésion du roi au libéralisme bourgeois évoque celle de l’oligarchie actuelle devenue libérale-libertaire. La suffisance et le mépris manifestés à l’égard du peuple par Voltaire et les philosophes se retrouvent aujourd’hui chez les "intellectuels" contemporains comme Bernard-Henri Lévy ou Jacques Attali. Cette Europe des Lumières annonce étrangement celle de Bruxelles, qui s’enferme dans ses dogmes malgré l’échec patent de sa politique passée.

Agro-écologie et décroissance. Avec Pierre Rabhi sur Radio Ici et Maintenant.


(0)
2002 Vues
0 commentaire
21.08.2004

Pierre Rabhi revient longuement sur son parcours, ses influences, et son rapport à la modernité aliénante.
Il expose son projet d'agro-écologie et l'horizon qu'il entrevoit : la décroissance comme projet de société.